Heal Africa : l'hôpital qui répare les femmes, les hommes et les enfants
ISESOD: L'Institut Supérieur d'Environnement Solidaire et de Développement
English English French French Swahili Swahili

RDC : Décès du sénateur Yerodia Ndombasi




Abdoulaye Yerodia Ndombasi est mort ce mardi 19 février 2019 à l’hôpital du Cinquantenaire à Kinshasa après plusieurs jours de maladie.

Aujourd’hui l’homme qui devait avoir 86 ans, le vice président honoraire a connu ces derniers mois des ennuis de santé et s’est reposé pendant plusieurs mois sur prescription de son médecin, dans sa résidence de Ma Campagne, un quartier chic de Kinshasa avant de rejoindre l’hôpital du cinquantenaire où il vient de rendre l’âme.

Notons toutefois que sur le plan politique l’influence de l’ancien directeur de cabinet de Mzee Laurent-Désiré Kabila, du temps où celui-ci dirigeait la République démocratique du Congo, n’a cessé de décliner ce dernier temps.

En 2003, il était pourtant parvenu jusqu’à la vice-présidence au terme des accords de Pretoria – poste qu’il occupa jusqu’en 2006.

Jadis ami personnel de Kabila père, il ne recevait plus que très rarement les visites de Kabila fils selon le journal jeune Afrique.

Rappelons que le Dr Abdoulaye Yerodia Ndombasi né le 15 janvier 1933, fut compagnon de Che Guevara et ami de Chou En-laï, parisien pendant 20 ans (notamment à la Résidence universitaire Jean Zay d’Antony), et l’un des plus proches soutiens de Laurent Désiré Kabila (dont il fut ministre des Affaires étrangères) depuis la lutte pour l’indépendance à l’époque de Patrice Lumumba, au tout début des années 1960, durant la révolution de 1964-65 avec le Che, jusqu’à l’arrivée au pouvoir à Kinshasa en 1997 après avoir défait Mobutu et ses soutiens élyséens.

Yerodia a été accusé de crimes contre l’humanité, atteinte à la vie, atteinte à la liberté, autres persécutions et apartheid en Belgique. Un mandat d’arrêt international sera émis le 11 avril 2000 par un juge d’instruction Belge à son encontre. Cependant un ordre d’annulation du mandat d’arrêt sera émis le 14 février 2002 en raison d’une décision de la Cour internationale de justice qui estimait qu’en tant que ministre des Affaires étrangères en exercice, Yerodia ne pouvait être poursuivi par les tribunaux d’un pays tiers.

Rédaction