Heal Africa : l'hôpital qui répare les femmes, les hommes et les enfants
ISESOD: L'Institut Supérieur d'Environnement Solidaire et de Développement
English English French French Swahili Swahili

RDC : Le président de la république prend acte de la démission du juge Benoît Lwamba

La présidence de la République démocratique du Congo a pris acte de la démission Benoît Lwamba de ses fonctions de membre et du président de la cour constitutionnelle. C’est après avoir accusé réception de la lettre de transmission du procès-verbal de prise d’acte de celle-ci ce 14 juillet 2020 par le directeur de cabinet a.i du chef de l’Etat. Cette démission a été un véritable feuilleton, plein de rebondissements.

Selon notre source, le procès-verbal de la démission Benoît Lwamba Bindu a été transmise ce lundi 13 juillet par Evariste-Funga Molima Mwata, président a.i de la Cour Constitutionnelle et du Conseil Supérieur de la Magistrature.

Dans sa correspondance, le Dircab, affirme qu’il est mandaté par le Chef de l’Etat pour répondre à la lettre écrite la veille par Evariste-Funga Molima Mwata, président a.i de la Cour Constitutionnelle et du Conseil Supérieur de la Magistrature. Répondant à celle –ci, le directeur de cabinet a.i du chef de l’Etat a dit prendre acte de cette démission. Sur instruction du président de la République

« Monsieur le Président a.i, Son Excellence Monsieur le Président de la République, Chef de l’Etat, me charge d’accuser réception de votre lettre 271/CC/CAB-PRES/07/2020 du 13 juillet 2020 par laquelle vous lui transmettez le procès-verbal de prise d’acte par les membres de la Cour constitutionnelle, de la démission de Monsieur Lwamba Bindu Benoît de ses fonctions du Président de la Cour constitutionnelle et de membre de celle-ci, et de vous remercier. Il saisit cette occasion pour féliciter et remercier, une fois de plus, le Président démissionnaire pour les services rendus à la justice de notre pays » lit-on dans la lettre de la présidence.

Cette correspondance de prise d’acte de la démission de cette autorité de la haute cour intervient au moment où des correspondances contradictoires circulent sur les réseaux sociaux à ce sujet, la première date du 27 juin. Dans celle-ci, le président de la cour constitutionnelle affirmait avoir démissionné de son poste. Benoît Lwamba Bindu justifiait sa démission par le poids de l’âge et des raisons « de convenance personnelle ».

La deuxième correspondance est celle du 10 Juillet, dans laquelle ce juge dément depuis Bruxelles sa démission. Il disait couper court à des folles rumeurs. Une troisième correspondance date de ce dimanche de 12 juillet. Elle a été écrite par le directeur de cabinet de ce président de la cour constitutionnelle. Dans celle-ci, celui-ci dément de nouveau la démission de son chef.

Le week-end dernier, L’Agence nationale de renseignements (ANR) est entrée dans ce débat. Il a perquisitionné les locaux de la Cour constitutionnelle pour enquêter sur cette affaire. Des agents de ce service de renseignement, ont invité le président intérimaire de la Cour constitutionnelle et le directeur de cabinet du président de la Cour constitutionnelle à se présenter aux bureaux pour d’amples informations.

Nos sources indiquent que l’ANR soupçonne le directeur du cabinet du juge Lwamba d’avoir produit un faux document.

Robert TSONGO depuis Kinshasa