English English French French Swahili Swahili

RDC : La Détention provisoire de Vital Kamerhe, un signal fort vers un État de droit

Vital Kamerhe, Directeur de cabinet du Chef de l’État

« Le Directeur de cabinet du Chef de l’État jouit de la présomption d’innocence et sa culpabilité sera établie lors d’une décision définitive du tribunal », note Patrick Mujanama, avocat au barreau de Goma, à l’issu d’une interview accordée au Groupe de presse larepulique.net le 09 Avril 2020.

Maître Patrick Mujanana signale que l’acte lancé par la justice congolaise est à saluer dans la mesure où ça reflète une certaine lueur d’espoir dans le pays.

Il rappelle cependant le principe constitutionnel : la détention reste l’exception et la liberté est la règle.

S’agissant de la permanence et la continuité de service public de l’État, l’empêchement du Directeur de cabinet ne cause aucun obstacle pouvant conduire à sa démission, moins encore à sa révocation.

« Lorsque le titulaire est empêché, son adjoint doit immédiatement prendre l’intérim. Comme il est en détention provisoire, il peut demander la liberté provisoire et l’obtenir », renchéri Maitre Patrick Mujanama.

En effet, oriente-t-il, l’État congolais devrait aller plus loin en poursuivant tout individu soupçonné dans les actes de vol en cravate afin de donner une nouvelle image à l’appareil judiciaire congolais.

Signalons que le directeur de cabinet du chef de l’Etat congolais a été mis en détention provisoire dans la soirée du 8 Avril 2020 à la prison centrale de Makala, après une audition par le procureur général de la république au parquet général de Kinshasa/Matete. La justice congolaise soupçonne Vital Kamerhe de détournement de deniers publics affectés au programme de 100 jours du Président Félix Tshisekedi.

David MAHAMBA