Heal Africa : l'hôpital qui répare les femmes, les hommes et les enfants
ISESOD: L'Institut Supérieur d'Environnement Solidaire et de Développement
English English French French Swahili Swahili

Marche Anti-Malonda : Le FCC accusé d’avoir armé les kulunas contre les manifestants

Le parti politique UDPS accuse le FCC d’avoir armé les kuluna pour s’attaquer à ses militants lors de la manifestation du jeudi 9 juillet dernier. Cette accusation est rendue publique 24 heures après le forfait, à l’issue d’une réunion extraordinaire que le parti présidentiel a tenu à son siège national.

L’UDPS a profité de cette rencontre pour rendre public le bilan exhaustif des manifestations sur l’ensemble du territoire national.

Dans ce communiqué de presse, l’UDPS se dit indignée de « l’utilisation des armes létales face aux manifestants pacifiques ». Ce parti présidentiel accuse un parti du FCC d’avoir rcours aux kuluna drogués.

Selon l’UDPS, ces jeunes Kuluna ont été armés des manchettes par le FCC dans le but de s’attaquer aux manifestants et vandaliser les biens des privés. Dressant le bilan de ces manifestations sur l’ensemble du pays, le parti présidentiel note 6 morts dans ses rangs dont 3 à Kinshasa, 2 à Lubumbashi et 1 à GOMA.

Il dénombre 92 personnes blessées principalement par des balles réelles. Le communiqué ajoute que 115 personnes ont été interpellées par les services de sécurité.
Tout en présentant ses condoléances aux familles de victimes, la présidence de l’UDPS indique que ces actes de violence ne resteront pas impunis.

Elle promet de porter plainte dans un avenir proche devant les instances judiciaires pour que justice soit rendue à toutes les victimes.

« Nous nous engrangeons à accompagner les victimes afin qu’elles saisissent les instances judiciaires contre le Commissaire Général de la police et ses subaltenes qui continuent avec les méthodes et agissements propres à l’ancien régime » peut-on lire dans ce communiqué.

Pour rappel, les militants de l’UDPS et d’autres partis alliés ont marché ce jeudi courant, en dépit de l’interdiction des manifestations par le gouvernement congolais. Ils protestaient contre l’entérinement de Ronsard Malonda à la tête de la CENI.

ROBERT TSONGO, correspondant à Kinshasa