English English French French Swahili Swahili

L’Assemblée Nationale : Jeanine Mabunda pressentie au perchoir, Jean-Marc Kabund à la vice-présidence

Sauf ultime modification de calendrier, les députés nationaux voteront le samedi 13 avril, les sept membres du Bureau définitif de l’Assemblée nationale. A J-8, quelques noms circulent déjà dans les travées du Palais du peuple, siège du Parlement. Sous réserve de ce qui pourrait éventuellement changer la donne, Jeanine Mabunda Lioko, élue PPRD de la ville-territoire de Bumba, dans la nouvelle province de la Mongala, est pressentie au perchoir de la chambre basse.

Par ailleurs, Jean-Marc Kabund-A Kabund, élu du Mont-Amba à Kinshasa et président intérimaire du parti présidentiel, l’Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS), est cité au poste de 1er vice-président. Par contre, Joseph Kokonyangi, élu de Pangi dans le Maniema, occuperait le fauteuil de Rapporteur.

Selon des sources concordantes, les postes de rapporteur adjoint et de questeur, seraient respectivement réservés à la coalition Lamuka de Martin Fayulu et au parti Alliance des forces démocratiques du Congo (AFDC) de Modeste Bahati. Cependant, on ignore encore tout sur le parti ou regroupement politique auquel sera confiée la fonction de questeur adjoint.

Au cas où les choses se seraient passées telles que présentées ci-dessus, Jeanine Mabunda, Conseillère de l’ancien Président Joseph Kabila en charge de lutte contre les violences sexuelles et ministre honoraire du Portefeuille, sera la première femme, dans l’histoire du Parlement en RD Congo, à occuper ce poste.

Elle en a l’étoffe. Pour ne pas dire les capacités nécessaires à conduire les débats dans une Assemblée totalement hétérogène, comme celle de la Chambre basse. Vu des observateurs, le choix porté sur cette femme de caractère, mais très à l’écoute, aura donc été le judicieux.
La présence de l’UDPS à la première vice-présidence traduit “l’esprit et la lettre” de la coalition FCC-CACH. Les deux plateformes politiques incarnées respectivement ar les Présidents sortant et entrant ayant convenu de gérer ensemble la Res publica non pas en terme de cohabitation, mais en mode “coalition”.

LE SIGNAL DE L’OUVERTURE

La clé de répartition de postes au sein du Bureau définitif de l’Assemblée nationale, a été prévue dans le Règlement intérieur de la Chambre basse.

Le texte a été adopté au cours de la plénière du vendredi 16 mars dernier. 311 députés nationaux avaient voté pour, 18 contre et soixante abstentions. Sous réserve du quitus de la Cour constitutionnelle, c’est sur base de ce Règlement intérieur que sera organisée l’élection, le samedi 13 avril courant, des membres du Bureau définitif de l’Assemblée nationale. Et, subséquemment, l’installation de ces derniers.
D’ores et déjà, on perçoit une ouverture réelle dans le partage de postes au sein du Bureau définitif de la Chambre des représentants de la 3ème législature de la 3ème République en RD Congo. L’Opposition n’en est donc pas absente.

Pour preuve, le fauteuil de Rapporteur adjoint est confié à Lamuka, plateforme de soutien à Martin Fayulu, principal candidat malheureux de la présidentielle du 30 décembre 2018. Vu des analystes, ce n’est pas rien. Peut-être que le problème se serait donc posé s’il n’y aurait eu aucun représentant de l’opposition au sein du Bureau définitif.

Dans cette perspective de l’organisation de l’élection des membres de cette structure de l’Assemblée nationale, le bureau provisoire aura ainsi rempli sa troisième mission. Ce, conformément à la disposition de l’alinéa 1er de l’article 114 de la Constitution.

Par voie de conséquence, la session extraordinaire en cours à l’Assemblée nationale, se clôturera ipso facto, à la même date du samedi 13 avril. Car, elle aura totalement épuisé toutes les matières inscrites à son calendrier. Grevisse KABREL forum des as