Heal Africa : l'hôpital qui répare les femmes, les hommes et les enfants
ISESOD: L'Institut Supérieur d'Environnement Solidaire et de Développement
English English French French Swahili Swahili

Kinshasa : Marche anti-Malonda, Récit de faits de la journée du Jeudi

Certains manifestants de l’Udps

Vive tension ce jeudi 9 juillet dans la ville province de Kinshasa. A la base, des manifestations organisées par les militants du parti Union pour la Démocratie et Progrès Social (Udps). Les manifestants protestaient contre l’entérinement de Ronsard Malonda à la tête de la CENI. Plusieurs dégâts ont été enregistrés au cours de cette journée.

Récit de fait

C’est depuis six heures du matin que le déploiement massif d’un dispositif policier a été visible dans plusieurs points chauds de la capitale. Aux abords palais du peuple par exemple, des check points ont été installés par la police.

C’est autour de 9h30 que la marche a débuté. Plusieurs centaines de “combattants” de l’Udps venus de la 10e rue Limete se sont dirigés vers le palais du peuple. La plupart de ces manifestants portaient des effigies du parti et des emblèmes de la Rdc. Des manifestants avancent. Des pneus sont brûlés et les chants entonnés par des manifestants.

Certains vont jusqu’à allumer le feu sur la chaussée. La police se sent obligée de les bloquer pour ne pas rejoindre le palais du peuple, point de chute de la marche. En début d’après-midi, la tension monte de l’écran. La police tire à l’air à l’aide de gaz lacrymogène et des balles réelles pour disperser des manifestants.

Des coups de feu sont entendus dans les communes de Lingwala, Ngiri-Ngiri et Kasa-vubu, toutes situées non loin du siège du parlement. La tension est toujours perceptible dans plusieurs avenues. Un peu plus loin, les forces de l’ordre sont déployées devant les locaux du PPRD et aux abords du siège du Parti travailliste qui viennent d’être incendiés.

Plusieurs incidents sont enregistrés. Nos sources signalent des blessés et des interpellations tant du côté des manifestants que des policiers.  C’est le cas d’un élément de la police qui a été touché à la tête dans les échouffourées sur le boulevard triomphal. Il a été évacué en toute urgence par ses collègues. 

Cette marche a été tenue alors que le gouvernement congolais venait de frapper d’interdiction toutes les marches sur l’ensemble du territoire national suite à la covid-19.

Robert TSONGO depuis Kinshasa