Heal Africa : l'hôpital qui répare les femmes, les hommes et les enfants
ISESOD: L'Institut Supérieur d'Environnement Solidaire et de Développement
English English French French Swahili Swahili

CENCO :Fini le combat pour ” la vérité des urnes “!

Martin Fayulu, désormais homme seul ? L’Eglise catholique, soutien de taille du candidat malheureux de la coalition Lamuka dans le combat pour ” la vérité des urnes ” après la présidentielle du 30 décembre 2018, a changé son fusil d’épaule.

Comme pour clarifier une fois pour toute la position de la CENCO, l’Abbé Nshole répondant à une question sur la “vérité des urnes” a indiqué qu’au niveau éthique, les Evêques défendent la vérité comme une valeur non négociable. ” On a déploré ce qui a été déploré. ” Et sur le plan légal, ” tous nous respectons la Constitution. Depuis l’investiture par la Cour constitutionnelle, le président, c’est Félix Tshisekedi. ” Selon le Sg de la CENCO, ” aucun Evêque n’a contesté le verdict de la Haute cour… “. Mais quand la presse lui oppose la sortie de l’ancien Archevêque de Kinshasa, le Cardinal Laurent Monsengwo, l’abbé Nshole dit qu’il s’est exprimé sur le sujet en citoyen libre. ” Dans notre mission d’accompagner le peuple et les institutions de la République, nous exhortons les nouveaux animateurs et toute la population à un sursaut éthique et patriotique, afin de rendre effective l’alternance démocratique “, a déclaré le Secrétaire général et porte-parole de la Conférence Épiscopale Nationale du Congo (CENCO), l’Abbé Donatien Nshole, au cours d’une conférence de presse hier lundi 4 mars.

Les prélats catholiques ont formulé ces recommandations à l’issue de leur session ordinaire, organisée à Kinshasa du 27 février au 2 mars courant.Archevêques et Evêques, membres du Comité permanent de la CENCO appellent à ” l’établissement d’un Etat de droit, à la poursuite et au parachèvement de la décrispation du climat politique, au respect strict de la Constitution ainsi qu’à l’achèvement du cycle électoral dans la transparence et dans la vérité “. Ce n’est pas tout. Ils convient également ” à la sauvegarde de l’intégrité territoriale, à la protection des personnes et de leurs biens, à la sécurisation des frontières et la pacification des zones en proie à l’insécurité et à la présence des groupes armés “. Dans la déclaration lue par l’Abbé Nshole, les prêtres catholiques insistent sur le ” respect des libertés fondamentales, la bonne gouvernance, la lutte contre la corruption, l’amélioration des conditions de vie de la population… “. Le Secrétaire général de la CENCO insiste : ” Les Evêques ne souhaitent pas l’échec du nouveau pouvoir. Ce n’est pas profitable aux Congolais. A présent, nous allons accompagner le peuple et les institutions du pays. ” Les évêques annoncent, de ce fait, qu’ils poursuivront leur programme d’éducation civique et électorale de la population, ainsi que leur engagement dans l’observation citoyenne des élections en vue de leur crédibilité. Didier KEBONGO ” LA VERITE VOUS RENDRA LIBRES ” (Jn 8, 32) Déclaration du Comité Permanent de la Conférence Episcopale Nationale du Congo (CENCO) à l’issue de sa session ordinaire du 27 février au 2 mars 2019 Préambule 1. Nous, Archevêques et Evêques, membres du Comité Permanent de la Conférence Episcopale Nationale du Congo (CENCO), réunis en session ordinaire à Kinshasa, du 27 février au 2 mars 2019, mus par la sollicitude pastorale à l’égard du Peuple congolais, avons entre autres examiné le processus électoral en cours. 2. En communion avec tous nos frères dans l’épiscopat, soucieux d’un ” Congo nouveau, une nation dans laquelle naître, vivre et mourir seront une bénédiction “[1], nous faisons cette déclaration au regard des résultats des élections présidentielle et législatives nationales et provinciales tenues le 30 décembre 2018. Constats 3. Le 10 janvier 2019, la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI) a publié les résultats provisoires proclamant le Président de la République et les députés provinciaux, le 12 janvier 2019 a eu lieu la proclamation des députés nationaux. Le 19 janvier 2019, la Cour Constitutionnelle a confirmé les résultats de l’élection présidentielle. Finalement, la même Cour a investi le nouveau Président de la République, le 24 janvier 2019. 4.

A la publication, par la CENI, des résultats provisoires, la CENCO, forte du travail fait avec professionnalisme et indépendance par sa mission d’observation électorale, avait relevé que ” les résultats de l’élection présidentielle tels que publiés par la CENI ne correspondent pas aux données collectées par notre mission d’observation à partir des bureaux de vote et de dépouillement “[2]. 5. Devant cette situation de déni de vérité, une grande partie du Peuple congolais a ressenti une profonde frustration manifestée ci et là par des tensions. Malgré tout, le Peuple congolais a fait preuve de grande maturité politique ouvrant ainsi la voie à l’alternance pacifique. Les valeurs que nous défendons 6. Seule la vérité rend réellement libre (cf. Jn 8, 32). Les Institutions solides et démocratiques d’une Nation ne peuvent se fonder que sur des valeurs éthiques. Fidèle à sa mission prophétique, la CENCO ne cessera jamais d’accompagner le Peuple dans son combat pour un Etat de droit. Elle estime qu’il y a des valeurs non négociables, notamment : le respect de la dignité de la personne, la vérité, le respect du souverain primaire, l’honnêteté, l’unité et la cohésion nationale, la justice et la paix.

Pour cette raison, la CENCO poursuivra son Programme d’éducation civique et électorale de la population ainsi que son engagement dans l’Observation citoyenne des élections en vue de leur crédibilité. Des attentes du Peuple 7. Pour rassurer le Peuple, nous invitons les nouveaux Gouvernants à rompre radicalement avec les antivaleurs des anciens régimes et à donner des assurances concrètes d’une meilleure gouvernance. Nous attirons notamment l’attention: Sur le plan politique : l’établissement d’un Etat de droit, la poursuite et le parachèvement de la décrispation du climat politique[3], le respect strict de la Constitution, l’achèvement du cycle électoral dans la vérité et la transparence ; Sur le plan sécuritaire : la sauvegarde de l’intégrité territoriale, la protection des personnes et de leurs biens, la sécurisation des frontières et la pacification des zones en proie à l’insécurité et à la présence des groupes armés; Sur le plan des droits humains : le respect des libertés fondamentales, notamment la liberté d’expression et de manifestations pacifiques ; Sur le plan économique : la bonne gouvernance, la lutte contre la corruption, l’amélioration des conditions de vie de la population, le bien-être effectif de tous par la jouissance des retombées de l’exploitation des ressources naturelles ; Sur le plan diplomatique : de redorer le blason de notre pays et de placer toujours l’intérêt supérieur du Peuple congolais au centre de toute négociation. Conclusion 8. Dans notre mission d’accompagner le Peuple et les Institutions de la République, nous exhortons les nouveaux animateurs et toute la population à un sursaut éthique et patriotique, afin de rendre effective l’alternance démocratique. 9. Que par l’intercession de la Sainte Vierge Marie, Notre Dame du Congo et Reine de la Paix, Dieu bénisse la République Démocratique du Congo et son Peuple. Fait à Kinshasa, le 02 mars 2019