Heal Africa : l'hôpital qui répare les femmes, les hommes et les enfants
ISESOD: L'Institut Supérieur d'Environnement Solidaire et de Développement
English English French French Swahili Swahili

RDC : Une divergence observée à quelques heures de l’adresse du chef de l’Etat à la nation

Les congolais sont en attente totale ce 23 Octobre, de l’adresse du chef de l’Etat à la nation. Le sujet est à la une de tous les groupes qui se forment ça et là, à Kinshasa comme dans d’autres provinces.

Si un grand nombre des congolais souhaitent que le chef de l’état puisse dissoudre le parlement ou à défaut rompre la coalition politique, d’autres par contre pensent que Félix Tshisekedi devrait apaiser les membres de la coalition au pouvoir.

Pour un autre analyste, il n’y aura pas dissolution du parlement. La loi ne l’autorise pas à ce stade. Aussi, si le parlement est dissous, il faudrait que les élections soient organisées dans les trois mois. Ce qui n’est pas facile du point de vue financier et même politique.

La piste plausible est que le président peut exiger la démission du gouvernement à travers son premier ministre. Ce qui lui donnerait l’occasion de désigner un nouvel informateur pour dégager la nouvelle majorité parlementaire. Si cette majorité revient encore au cas du FCC, l’on pourrait assister la cohabitation politique au pays.

Dans l’opposition, on apprendrait que le mouvement de libération du Congo (MLC) de Jean Pierre Bemba et l’ensemble pour la république de Moïse Katumbi seraient prêts à rejoindre cette nouvelle majorité. Et si cette situation se passe ainsi, Félix Tshisekedi aura déjà la main mise sur le parlement, la cour constitutionnelle. Ce qui lui laisserait main libre de nommer enfin un nouveau premier ministre pour un gouvernement qui sera acquis à sa cause.

Déjà la veille, le Front Commun pour le Congo(FCC) de Joseph Kabila se dit prêt à une cohabitation au cas où son partenaire du CACH le propose. Depuis le jeudi 22 octobre, des états majors et des cellules de plusieurs partis politiques se réunissent pour prendre une ligne à suivre après le discours du Président de la République.

Selon des sources de la présidence, le chef de l’état pourrait s’adresser à la nation à 20 heures de Kinshasa.

Robert Tsongo