Heal Africa : l'hôpital qui répare les femmes, les hommes et les enfants
ISESOD: L'Institut Supérieur d'Environnement Solidaire et de Développement
English English French French Swahili Swahili

RDC : Un sénateur propose la relève de l’auditeur militaire de Beni après l’évasion à la prison centrale de Beni

Le sénateur Jean Mukinti Baumbilia condamne l’évasion des pensionnaires à la prison centrale de Kagbayi à Beni. Il s’est exprimé sur cette question ce mardi 20 octobre à Kinshasa, dans interview accordée à larepublique.net. Pour lui, la cour militaire opérationnelle du Nord-Kivu a failli à sa mission. Il appelle à la relève de l’auditeur militaire de Beni et à repasser l’organisation de cette cour. 

Dans sa réaction, le sénateur Jean Mukinti Baumbilia dit ne pas être surpris de cette nouvelle évasion. Il craint que cette situation entraîne des tueries massives dans la région.

« Je ne suis pas surpris par ce qui s’est passé à Beni. On ne devrait que s’y attendre.  Il y a une certaine négligence de la part des autorités. Ce qui vient de se passer à Beni, c’est vraiment très regrettable parce qu’on vient de déverser dans le milieu dans des grands criminels. Le risque est que ces rebelles partent renforcer ceux qui sont en brousse. » explique le sénateur Jean Mukinti Baumbilia. 

L’élu du Nord-Kivu propose la relève de l’auditeur de cette cour militaire opérationnelle. Selon lui, ce magistrat a failli à sa mission étant donné que plus de 80 pourcents de détenus de cette prison sont ses justiciables.

« Pourtant ce sont des choses qu’on devrait éviter. Quand je finissais mes vacances parlementaires à Beni, j’avais alerté sur ça. Vous avez affaire à la prison de Kabgayi où plus de 80 pourcents de détenus de cette prison sont des justiciables de la cour opérationnelle. Ils font deux ou trois ans sans être jugés » regrette cet ancien vice-président de l’assemblée provinciale du Nord-Kivu

Jean Mukinti Baumbilia propose aussi que le fonctionnement de cette cour soit réadapté à la situation opérationnelle sur le terrain.

« Les opérations de Beni sont chapeautées par 4 à 5 généraux. Une cour opérationnelle a pour premier objectif la discipline militaire. Comment un colonel peut discipliner un général ? ça veut dire que cette cour n’est pas adaptée à la réalité des opérations dans la région. » conclut-il.

Il promet continuer des démarches auprès des autorités politiques au national pour trouver solution sur le dossier de cette cour.

Robert TSONGO