Heal Africa : l'hôpital qui répare les femmes, les hommes et les enfants
ISESOD: L'Institut Supérieur d'Environnement Solidaire et de Développement
English English French French Swahili Swahili

RDC : L’asbl ASVOCO déterminée à poursuivre la lutte contre la corruption

Accompagné le gouvernement congolais dans la lutte contre la corruption, la concussion, le trafic d’influence et l’enrichissement illicite, c’est le cheval de bataille de l’asbl Association des volontaires du Congo (ASVOCO). Dufina Tabu Mwenebatande, président de cette asbl l’a dit ce 2 mars 2021 à Goma au Nord-Kivu, à l’occasion de l’anniversaire de l’action « NDOBO », une opération qui vise à attraper les corrupteurs et corrompus.

Lancée officiellement à Kinshasa le 2 mars 2020, l’action « NDOBO », totalise une année. Le président de l’ASVOCO, une asbl qui lutte contre la corruption, pense que l’action NDOBO a enregistré des avancées significatives dans différents secteurs au sein du gouvernement congolais, en passant par l’arrestation et la condamnation des hautes autorités impliquées dans la corruption.

Cependant, tout en reconnaissant que le chemin à parcourir reste long, cet activiste des droits de l’homme dit que la responsabilité doit être partagée afin de lutter efficacement contre toutes ces antivaleurs. Il appelle la population congolaise, en l’occurrence la jeunesse de s’approprier cette lutte passant par le changement de mentalité.

« Notre lutte est d’accompagner le gouvernement congolais dans la lutte contre la corruption. Si nous avons totalisé une année de l’action NDOBO à Kinshasa, on n’est pas resté les mains croisées. On a continué à sensibiliser. Le président actuel ne peut rien faire de lui-même, même s’il a la volonté. Il faut l’accompagner » a dit Dufina Tabu.

Signalons que lors du lancement de l’action « NDOBO » à Kinshasa, le président Félix Tshisekedi avait adhéré à cette vision. Raison suffisante à cette asbl de poursuivre sa lutte de longue date. Lors de son discours d’investiture le 24 janvier 2019, Félix Tshisekedi avait promis d’œuvrer pour un état de droit qui passe par la lutte contre les antivaleurs notamment la corruption.

David MAHAMBA