Heal Africa : l'hôpital qui répare les femmes, les hommes et les enfants
ISESOD: L'Institut Supérieur d'Environnement Solidaire et de Développement
English English French French Swahili Swahili

RDC : Kasonga Tshilunde mérite d’être décoré à titre posthume (Sylvain Mukendi)

Le vice-président de la commission de formation et éthique professionnelle au sein de l’Union Nationale de la Presse du Congo (UNPC) a affirmé, ce dimanche 22 novembre 2020 à Kinshasa, que feu le président Joseph Boucard Kasonga Tshilunde, mérite d’être décoré à titre posthume par le président de la République Félix Tshisekedi. 

Sylvain Mukendi a soutenu que cet homme a mené la lutte pour la liberté de presse et la consolidation de la démocratie au pays depuis l’époque dictatoriale.   

« Les professionnels des médias doivent être honorés par le chef de l’État. Kasonga Tshilunde n’est pas n’importe qui. Dans ce pays nous avons vu les musiciens et  les politiciens être décorés à titre posthume. Mais pourquoi pas ce baobab de la presse qui est un symbole de la liberté de la presse? » a-t-il dit.

Ce professionnel des médias a préconisé qu’après les obsèques, diverses initiatives dont une pétition sont annoncées pour honorer le grand baobab de la presse du Congo. 

Sylvain Mukendi suggère  qu’un prix dénommé «Kasonga Tshilunde» à l’instar du “prix Tshimpumpu” soit institué et celui-ci serait attribué à tous les hommes et femmes des médias qui se distinguent au long de leur parcours.

M. Mukendi a souhaité l’organisation des obsèques dignes à la hauteur de ce personnage phénoménal et mystique, dont le fruit de la lutte a arraché l’autonomie de l’UNPC sous Maréchal Mobutu. 

Il a invité tous ceux qui l’ont connu, à organiser après cette cérémonie, d’autres activités pouvant l’immortaliser et à écrire des ouvrages qui relatent son autobiographie.

Signalons que Kasonga Tshilunde, président de l’Union nationale de la presse du Congo (UNPC), a tiré sa révérence le mardi 17 novembre courant, à la clinique Ngaliema de Kinshasa.

Éditeur-Directeur général de L’Hebdomadaire indépendant «L’EVEIL » paraissant à Kinshasa, Joseph Boucard Kasonga Tshilunde laisse derrière lui une veuve et plusieurs orphelins.

La rédaction