Heal Africa : l'hôpital qui répare les femmes, les hommes et les enfants
ISESOD: L'Institut Supérieur d'Environnement Solidaire et de Développement
English English French French Swahili Swahili

RDC ;Et si, en matière d’attente, il n’y avait pas de différence entre FATSHI et JKK

Autant s’interroger tout de go à haute et intelligible voix. Et si, en matière d’attente, il n’y avait pas de grande différence entre FATSHI et JKK.La preuve ? Cette nomination annoncée du Premier ministre qui tend à devenir un feuilleton à plusieurs épisodes.

Avec un suspense qui n’a rien à envier au halo de mystère qui enveloppait le Palais de la nation du temps du très secret Joseph Kabila.Au régime de “subiri” (endurer en français), “les prochains jours” charriait une acception littéralement élastique. Cela pouvait aller jusqu’à plusieurs mois ! Voire une année ! A défaut de s’habituer aux très longues attentes, les initiés aux arcanes de la kabilie avaient fini par s’y résigner. Sinon, crise cardiaque garantie.Tout se passe comme si le vent -l’esprit ?- de “subiri” continuait encore à planer sur le Palais de la nation et la Cité de l’Union africaine. Annoncée depuis Kisangani pour imminente, la nomination du Premier ministre se fait toujours attendre.

” Dans les prochains jours “…a dit à la ville et au pays, le chef de l’Etat.Tout le landerneau politico-médiatique kinois était sûre d’apercevoir la fumée blanche le week-end dernier. Les faits et gestes des “primaturables” étaient scrutés à la loupe. Que de déplacements hors capitale ajournés ! La RTNC a battu des records sur le front de l’audimat. Vendredi, samedi et enfin dimanche ! Aucune annonce.On passe à la semaine d’après. La formule “dans les prochains jours” a encore cours légal. Car, elle ne renseigne guère sur le nombre exact de jours. Deux jours, quatre jours, six, dix et même plus rentrent dans l’éventail “prochains jours”.

Pour oser une comparaison, “Jésus revient bientôt” peut se comprendre de mille et une manières. Des milliards de personnes nées dans cette annonce, elles y ont grandi, vieilli et sont morts ! Mais le “bientôt” court toujours.Alors, pas la peine de spéculer. Pas besoin à s’agiter, ni à s’inquiéter non plus. Le Président a parlé de “prochains jours”. Il est dans ce délai. En tout cas, il n’est pas “à la recherche du temps perdu”, façon Proust. José NAWEJ