English English French French Swahili Swahili

RDC : Contradiction autour de la reddition volontaire des Ex M23 ce mardi 26 février à Goma

Le bureau politique de ce mouvement désapprouve la reddition d’une soixantaine d’ex rebelles à Goma ce mardi 26 février 2019.

En effet,67 ex-rebelles du mouvement du 23 mars viennent de se rendre ce mardi entre les mains des FARDC par le truchement du mécanisme conjoint de la CIRGL.En réaction, le bureau politique du M23 resté en Ouganda parle des faux ex-M23 qui se sont rendus à Goma.

Rappelons que la semaine derrière le M23 avait décliné son implication dans le recrutements qui se feraient ce dernier temps au camp de cantonnement de Bihanga en Ouganda selon un communiqué officiel de ce parti politique.


Cet ex mouvement rebelle avait souligné que ces opérations de recrutements visent particulièrement les éléments ayant déserté le M23.

“Les personnes concernées par ces rapatriements  se comptent parmi les déserteurs et autres indisciplinés radiés au sein de notre Mouvement et qui ont trouvé abris dans les camps des réfugiés autres que les lieux de cantonnement officiels de Bihanga en Ouganda, et de Kibungo au Rwanda.”Telle est la réaction du bureau politique du M23 auteur dudit communiqué.


De sa part, les FARDC félicite la bonne volonté de ces ex-rebelles qui se sont rendus.


« Ces Ex-M23 rentrent chez eux dans le cadre du mécanisme de suivi du rapatriement des combattants désarmés. Ceux qui arrivent aujourd’hui en RDC ont acceptés de se rendre volontairement », précise, le porte-parole militaire de la 34ème région militaire au Nord-Kivu, le major Guillaume Ndjike Kaiko.


Faciliter par la Monusco,  SADC, CIRGL, l’UA, et le gouvernement congolais, ses ex combattants disent être fatigués du statut de réfugiés dans les camps de cantonnement de l’Ouganda et du Rwanda

Cette cérémonie s’est déroulée à l’aéropor international de Goma en présence des représentants de la SADC, CIRGL, L’UA, L’ONU, et du gouvernement congolais.

Le rapatriement de ce mardi fait suite à une décision de la 7eme réunion des chefs d’Etat et des gouvernements signataires de l’accord-cadre d’Addis-Abeba tenue en octobre 2017 à Brazzaville,  Précise Patrick Mutoboko conseiller au mécanisme national de suivi de l’accord cadre.

Ce rapatriement intervient après la fermeture en novembre 2018, des camps des ex FDLR à Kisangani, walungu et Kanyabayonga en RDC et du rapatriement au Rwanda des ex-FDLR désarmées en 2015.


Valéry Mukosasenge