Dans une déclaration politique rendue publique mardi 9 avril 2019, elle invite le président de la république, Félix Tshisekedi à faire diligence pour désigner l’informateur en vue d’identifier une nouvelle majorité.Selon les auteurs de cette communication,c’est cette majorité parlementaire qui doit déboucher sur la formation d’un nouveau gouvernement.

“Il faut que le prochain gouverneur du Nord-Kivu soit un enfant du terroir qui maîtrise les problèmes des kiviciens notamment l’insécurité, Ebola et le défis économiques.”


Un gouvernement qui aura pour mission de s’occuper des questions sécuritaires à l’Est de la République Démocratique du Congo et au Nord-Kivu en particulier, lit-on dans la même déclaration. En plus de l’insécurité, le nouveau gouvernement doit s’occuper de la question liée à la maladie à virus Ebola qui ravage certaines contrées des territoires de Beni, Lubero et de la ville de Butembo. La conjoncture économique de plus en plus difficile fera partie des grandes préoccupations du nouveau gouvernement.

« Et puisque la question de l’insécurité à l’Est a assez duré. C’est dans cette logique que les signataires de cette déclaration exhortant le président de la république  de ne pas nommer des ministres qui s’occuperont seulement à rançonner les gouvernés. Il en est de même des ministres de la défense qui viendront s’enrichir sur le dos des militaires », préviennent les signataires.

Ils demandent également « aux  principaux leaders de la province de se serrer les coudes pour défendre les intérêts de la province au niveau national ».

Cette coalition demande à la population de s’imprégner de la nouvelle donne politique tant provinciale que nationale afin de soutenir les dignes filles et fils de la province. Il s’agit notamment de Mbusa Nyamwisi, Eugène Serufulu et Julien Paluku Kahongya.


Phillipe Makomero