English English French French Swahili Swahili

Nord-Kivu : La société civile exige l’audit des fonds alloués pour la riposte d’Ebola

Placide Nzilamba, acteur de la société civile du Nord-Kivu

Cette structure citoyenne l’a fait savoir ce Mercredi 24 Juillet 2019, juste après la déclaration de la Banque Mondiale, octroyant 300 millions de dollars américains pour renforcer les activités de la riposte en Rdc.

Nous nous félicitons de l’aide de la Banque Mondiale qui vient renforcer la riposte contre Ebola dans cette période où cette épidémie est déclarée une urgence sanitaire de portée Internationale. Mais cependant nous demandons un audit des fonds d’aide octroyés au ministère de la santé depuis le mois d’août sous la direction de l’ex ministre de la Santé Olly ILUNGA, qui nous pensons avoir été mal utilisé car l’épidémie continué à faire rage

, a déclaré Placide Nzilamba, acteur de la société civile en province.

Il ajoute qu’il est inexplicable que plusieurs fonds soient alloués dans la riposte d’Ebola et que cette maladie ne soit toujours pas maîtrisée et dont sa propagation a pris une vitesse de croisière jusque dans la ville de Goma. Et pourtant des moyens financiers suffisants étaient alloués pour arrêter la propagation et endiguer l’épidémie.

La société civile qui se réjouit du soutient de la Banque Mondiale pense tout de même que ce don traduit la détermination de la communauté internationale d’en finir avec cette épidémie qui fait rage en République Démocratique du Congo. Plus de 1 700 personnes sont déjà décédées de cette maladie depuis Août 2018, selon les chiffres de la coordination de la riposte d’Ebola.

Il y’a quelques jours, l’organisation mondiale de la santé (OMS) a déclaré Ebola, une urgence de portée internationale. Ce qui a poussé le Président de la République de prendre le 20 Juillet dernier, la commande de l’équipe de riposte au remplacement du ministère de la santé qui le pilotait. Le ministre Oly Ilunga a directement décédé de rendre le tablier suite à cette décision du Chef de l’État.

Par BARAK MUNYAMPFURA Héritier