English English French French Swahili Swahili

Lubero : Un policier tué avec sa femme et son enfant par des présumés Maï-Maï à Lukanga (Nord-Kivu)

Vu du village de Lukanga

Les présumés Maï-Maï ont fait une irruption la nuit du Mercredi à ce Jeudi 5 Décembre 2019 au domicile d’un agent de l’ordre dans le village de Lukanga, situé à plus de 15 Km à l’ouest de Lubero-centre, chef-lieu du territoire de Lubero dans le groupement Bukenye en chefferie de Baswagha. Le fait est passé entre 23 heures et 0 heures locales.

Les sources locales qui livrent la nouvelle renseignent que ces miliciens ont d’abord crépité quelques coups de feu avant de cribler des balles à cet agent de l’ordre de la police de circulation routière (Pcr) sa femme et son enfant.

Information confirmée par les sources de la police à Lubero-centre. Le numéro de la Pnc avec son compagnon de la Pnc-Pcr avoir s’être dirigés sur le lieu du crime la nuit même. Ils ajoutent que les assaillants ont emporté l’arme du policier tué et abandonné certains effets.

« Nous revenons de Lukanga avec les corps sans vie des victimes. Il y’a le policier Kamate Kayisirirya Eric, sa femme et son enfant abbatus nuitamment par des Maï-Maï. Ils ont emporté son arme Aka 47 et abandonné un Cagoul et un couteau dans la maison de la victime », a fait savoir une source au sein de la délégation policière qui s’est rendue à Lukanga.

Cette source affirme que les corps sans vie des victimes ont été mitilés par les inciviques. Les corps se trouvent pour le moment à la morgue de l’Hôpital Général de Référence de Lubero. Le commandant de la police territorial condamne cette attaque ; le colonel Nyombi Kotakoli dit être déterminé à denicher les vrais auteurs de ce crime.

Il y’a de cela trois mois, les inciviques assimilés encore aux Maï-Maï avaient perpétré une autre attaque contre un élément de l’ordre à la barrière péage-route de Lukanga. Ils avaient poignardé un policier commis à cette barrière qui avait succombé de ses blessures. A la suite de ce meurtre, les éléments de l’ordre venu dans une opération de fouille avaient alerté par des crépitements de coup de feu, créant la panique au sein de la population. Des vols des biens de la population civile avaient été denoncé.

Asaph LITIMIRE