Heal Africa : l'hôpital qui répare les femmes, les hommes et les enfants
ISESOD: L'Institut Supérieur d'Environnement Solidaire et de Développement
English English French French Swahili Swahili

Lubero : Deux présumés auteurs de l’assassinat d’un motard à Kikubo, lynchés par la population (Nord-Kivu)

La tension est grande depuis la matinée de ce Mercredi 9 Octobre 2019 à Kikubo et à Kamandi, deux villages du groupement MUSINDI en Chefferie de Batangi, situés entre 15 et 20 Km de Kirumba, au sud-est du territoire de Lubero. La population locale est descendue dans la rue, protestant contre l’assassinat d’un motocycliste de Kikubo, la soirée du Mardi 8 Octobre dernier.

Information livrée par le cercle international pour la défense des droits de l’homme, la paix et l’environnement (Ciddhope), antenne de Kamandi-Gite.

« La situation est confuse depuis la matinée de ce Mercredi. Les habitants dont la plupart des motards sont descendus dans la rue à Kikubo pour protester la mort d’un de leurs. Muhindo Kalikindi Victoire a été victime des coups de feu des bandits armés à Kitwalira [un quartier qui relie Kikubo à Kamandi-Gite : ndlr] aux environs de 19 heures. Il est mort quelques minutes après au centre de santé Carlos Busiri de Kikubo, mais ses deux clients sont sortis grièvement blessés dont l’un a été acheminé à l’Hôpital Général de Référence de Kayna pour des soins appropriés. C’est ainsi que les conducteurs des mototaxis sont en colère ; ils barricadent les routes ; en tout cas les activités socio-économiques sont paralysées surtout à Kikubo suite à cette situation », renseigne Kakule Kaniki Salomon, défenseur des droits de l’homme au sein du Ciddhope.

A lui d’ajouter que les manifestants viennent de lyncher deux personnes, soupçonnées d’être commanditaires de ce meurtre du motard.

« A l’heure où je vous parle, un groupe de Manifestants vient de mettre le feu sur un jeune homme à Kamandi-Gite. Ils l’accusent d’être auteur de cet assassinat. Au même moment, on rapporte la mort d’une autre personne à Kikubo, lynchée également par la population qu’il l’accuse aussi de faire partie du coup. Jusqu’à présent, le motard tué la soirée dernière n’est pas toujours enterré, les motards continuent à exprimer leur colère ».

Les sources de la police nationale congolaise à Kikubo confirment la nouvelle. Elles affirment être débordées par les manifestations qui s’étendent dans deux villages proches. Deux morts suite à la tension populaire, les effectifs sont moins nombreux pour contenir les manifestants, s’inquiètent-elles.

Les sources concordantes à Kamandi-Gite renseignent que les activités socio-économiques reprennent timidement dans ce village mais à Kikubo, la tension est encore ressentie.

Asaph LITIMIRE