Heal Africa : l'hôpital qui répare les femmes, les hommes et les enfants
ISESOD: L'Institut Supérieur d'Environnement Solidaire et de Développement
English English French French Swahili Swahili

Kinshasa : Les étudiants menacent d’organiser des marches pour exiger la reprise de l’année académique 2020-2021

Les étudiants de la ville province de Kinshasa (capitale de la Rdc) se plaignent de la suspensions des activités académiques pour l’année 2020-2021. Dans entretien exclusif accordé au Groupe de presse la république.net ce Mercredi 7 Janvier, ils indiquent avoir subi des préjudices graves suite à cette situation. Ils invitent le gouvernement congolais “à rouvrir les universités et même les écoles au risque d’entraîner leur protestation dans les prochains jours”.

Contexte

C’est depuis lundi 4 Janvier dernier que circulent que les étudiants de l’Université de Kinshasa menacent d’organiser des marches de colère à travers la ville. Ceux-ci ont fait savoir à travers les affiches plaquées dans la capitale que “ces manifestations visent à contraindre le gouvernement à rouvrir les activités académiques”. Ils précisent que “certaines promotions n’ont même pas encore terminé l’année académique 2018-2019. D’autres n’ont pas encore terminé les examens de la première session ou de la seconde session de l’année 2019-2020”.

Ces étudiants “jugent ce retard insupportable et appellent les autorités d’agir le plus vite possible”.

Cette situation n’est pas seulement observée à l’Université de Kinshasa. Certains étudiants venus nouvellement d’autres provinces pour les études à l’Université Pédagogique nationale disent craindre les dépenses inutiles que l’absence des cours entraine dans la planification des activités annuelles. C’est le cas de l’étudiant Dieudonné AN’GOMOKO, venu de l’ISP/Bunia pour la licence dans cette institution. Il appelle “le gouvernement à lever cette mesure de suspension des activités académiques”.

De son côté, Félix UDONGO, ancien étudiant dans une université de la place dit être bloqué par cette situation. Il ne sait pas retirer son diplôme de licence suite à la fermeture des bureaux de son institution. Pour lui, cette situation l’empêche de se lancer sur le marché d’emploi.

C’est depuis le 18 décembre dernier que les activités scolaires et académiques ont été suspendues par le Chef de l’Etat suite à la deuxième vague de la covid-19. Pour l’heure, leur reprise est prévue à une date ultérieure suivant l’évolution de la maladie.

Robert Tsongo depuis Kinshasa