Heal Africa : l'hôpital qui répare les femmes, les hommes et les enfants
ISESOD: L'Institut Supérieur d'Environnement Solidaire et de Développement
English English French French Swahili Swahili

Grand-Nord : Jour J – 2 , cette partie connaît une campagne électorale timide pas comme toujours

La campagne électorale pour les élections législatives nationales et à la députation provinciale en territoire de Beni et dans les villes de Beni et Butembo lancée le 19 mars poursuit son bonhomme de chemin. Une campagne électorale la plus timide que la ville de Butembo ait connu. Tous les candidats ne sont jusques là pas visible dans l’ambiance de la campagne hormis certains anciens députés qui reviennent pour solliciter un nouveau mandat du peuple, mais avec plus des moyens que d’autres.

Il n’y a pas d’engouement dans  des médias locaux sur place à Butembo. Si en 2006 et en 2011, les candidats étaient capables d’organiser les diffusions de leurs messages de campagne dans des programmes synchronisés sur la presque totalité des médias de la ville, en cette campagne de 2019 ce n’est plus possible. Des pagnes, des t-Shirts ou encore des casquettes, des allumettes, des sachets de sel ne sont pas du tout visible. Chaque candidat y va en sa manière. Ceux qui ont des moyens (pas une dizaine) négocient des espaces pour la diffusion de leurs chants de campagne dans certains médias de la ville. D’autres encore se contentent de la sensibilisation porte à porte.

A en croire plusieurs observateurs, cette campagne arrive au moment où une crise financière frappe de plein fouet. Ils sont nombreux ces candidats qui s’attendaient à une subvention de leurs partis politiques pour financer les activités de leurs campagnes électorale. Une subvention qui, semble-t-il, tarde à venir. Des partis politiques n’ont pas financé leurs candidats. Ceux qui y croient mettent leurs moyens en  jeu. Cependant, il ya aussi ces nouveaux candidats parmi lesquels qui ont pris des emprunts dans certaines banques ou coopératives. Ils sont nouveaux parce que c’est leur première fois de présenter leurs candidatures.

En plus des problèmes financiers, il se pose l’autre problème de programme politique. Ils sont nombreux qui se limiter à balancer des chants de campagne reprenant leurs identités et leur numéro sur le bulletin de vote. A longueur des journées, on assiste aux réels tapages à proprement parler. Ils promettent ciel et terre en cas de leur élection. La plupart n’ont pas des programmes politiques.

Alors que l’élection présidentielle n’est plus à l’ordre du jour, ils sont aussi nombreux ces candidats qui continuent plutôt à battre la campagne du candidat malheureux à la présidentielle du 31 décembre 2018, Martin FAYULU. Au lieu de se concentrer sur leur combat, sur leur campagne, ils mettent en évidence les effigies du candidat malheureux. D’autres balancent encore des chants de campagnes louant ses mérites et appelant le peuple à ne voter que lui.

Pour les 2 jours  de la campagne électorale restant, le chemin reste encore long. Les cartes se dessinent et se redessinent au jour le jour. Personne ne peut prétendre maîtriser le mystère de ces élections tant attendues. Des tendances sur les intentions de vote tombent chaque jour dans  chaque quartier, dans chaque commune, dans chaque quartier général des partis politiques ou des regroupements politiques. Des candidats qui ont pressenti d’avance leur chute ont carrément arrêté de battre campagne. Ils se dissimulent et passent désormais comme tout le monde.

La population de Butembo votera-t-elle des personnes à la hauteur des enjeux de l’heure ? IL est encore tôt de l’affirmer. Mais l’évidence c’est que l’on reconnaît la nature d’un peuple par la qualité de ces élus. Ce sont des signes qui ne trompent pas.

C’est  dans cette optique que jeudi 21 mars, la chef d’antenne de la CENI Butembo a invité les politiciens à se limiter à leurs programmes de société au lieu de distraire les électeurs. Georgette KIBENDELWA KASAY a demandé aux électeurs de rester attentifs sur les programmes politiques afin d’opérer un choix utile.

Entre temps, le train de préparatifs des élections à Butembo est déjà en marche. L’antenne locale de la CENI annonce que tout est prêt pour le démarrage de la formation des Membres des Bureaux de Vote et de Dépouillement, MBVD. La formation de ceux-ci commence a commencé le dimanche 24 mars. Cette capacitation a eu lieu dans les centres de vote respectifs où sont affectés les MBVD.

Au même moment, les Membres des Centres Locaux de Compilation des Résultats, MCLCR, seront formés à l’antenne. Bien plus, la CENI  Butembo informe la population de Butembo que la livraison gratuite des duplicatas moyennant présentation d’un PV de perte de la carte d’électeur délivré par un OPJ, se déroule normalement. La CENI Butembo rassure par ailleurs de sa disponibilité à procéder à la sensibilisation des électeurs sur l’utilisation de la machine à voter dans les sites où les bénéficiaires de la sensibilisation auront besoin de la séance de toucher cet outil électoral.

Philippe Makomerwa