La police a dispersé ce jeudi 26 juin les militants du mouvement ensemble de Moïse Katumbi devant la grande salle de Cap Kivu hôtel,quelques heures avant le lancement de la campagne nationale” J’aime Katumbi je paie sa caution ”.

 

Dejà à 13h la police avait déployé au lieu prévu pour la manifestation un dispositif impressionnant de ses éléments pour empêcher la ténue de cette activité.

De l’aéroport où ils venaient d’accueillir leur président national les jeunes du mouvement ensemble se heurtent à une ceinture de sécurité policière qui leur interdit l’accès à la salle réservée pour abriter cette activité annoncée la veille.

Dans une communication à chaud, le conseiller en matière de la jeunesse de Moïse Katumbi s’est dit choqué de ce qu’il a appellé barbarie policière qui parait aux yeux de toute l’opinion comme une entorse à l’exercice démocratique affichant dans la foulée une détermination de faire de Moise Katumbi le prochain président de la république démocratique du Congo.

Notons que les jeunes Katumbistes se sont vu dans l’obligation de délocaliser la manifestation vers un autre endroit .Là aussi ils ne sont pas passé inaperçus, la police est venue gâcher la collecte qui s’apprêtait à commencer. Les jeunes incités par Patrick Amani Mundeke ont alors envahi la rue en scandant des champs pro Katumbi c’est alors que la police se décide de lancer des bombes à gaz lacrymogènes. La partie s’arrête après échauffourées.

Signalons que Jacky Ndala et toute son équipe quitte Goma ce vendredi pour Lubumbashi en vue de lancer la même campagne.

 

Valéry Mukosasenge

 

English English French French Swahili Swahili