Annoncé depuis le weekend dernier, la marche  de la société civile Nord kivu contre l’insécurité a eu lieu ce lundi 11 Mars comme prévu.

Déjà vers  6 heures locales tous les coins chauds de la ville touristique étaient peint en bleu foncé, couleur de la tenue de la Police Nationale Congolaise (PNC) qui était armée des bombes à gaz lacrymogène et fusils d’assauts.

Cette surpolisarisarion de la ville n’a pas empêchée la forte mobilisation  de la population observée quelques heures plus tard.Les habitants de Goma ont  répondus en masse à l’appel de la société civile et forces vives sans être inquiétés par les agents de l’ordre.

Chants, banderoles et calicots revendicateurs ont dominé cette marche.

“Nous exigeons le départ immédiat et sans condition du maire de la ville, nous voulons la paix; nous disons non à l’insécurité à  Goma ,prenons-nous en charge .”Telles était les messages lus sur les écriteaux portés par les manifestants .

La police nationale a encadrer d’une manière professionnelle cette marche qui est partie du rond-point “Signers” jusqu’au gouvernorat de province.

Les manifestants ont lus et remis leur mémo au gouverneur ad intérim qui a promis à son tour de remettre ce document adressé au président de la république à qui de droit.

Commençant par présenter sa compassion aux  familles des victimes de cette insécurité, Feller Lutaichirwa appelle la population de Goma a une dénonciation régulière contre les ennemis de la paix.

“Je vous encourage à dénoncer régulièrement les ennemis de la paix dans notre ville, mais prenez toujours le temps de réunir les preuves avant toute dénonciation.”a t-il recommandé aux porteurs du mémo.

Notons que depuis février dernier, la ville de Goma a enregistré une vingtaine d’assassinats par balle sans qu’aucune enquête n’aboutisse.

Thierry Kayandi