Elections Nord-Kivu : La société civile et la presse de Goma se concertent pour rendre compétitive les femmes candidates aux élections

Redaction
By Redaction novembre 27, 2018 07:05

Atelier de CORACON

 

Les acteurs clés de la société civile, les journalistes et opérateurs politiques ont au cours de cette semaine marquant les activités phares du processus électoral échangé autour du thème “Les femmes candidates aux élections peuvent-elles parvenir à surmonter les inégalités hommes-femmes pendant la campagne électorale ?”En ville de Goma où se sont tenues ces assises sous l’initiative du collectif des Radios et Télévisions Communautaires du Nord-Kivu (CORACON) en collaboration avec Internews, ce café de presse a facilité aux participants de passer aux peignes fin les maux qui encombrent l’épanouissement de la femme dans la société en général et essentiellement dans la sphère politique en ce moment crucial des élections où hommes et femmes doivent compétir pour l’accès aux institutions décisionnelles.

Jacques VAGHENI, modérateur de la séance, s’interroge si la femme n’est pas déjà mal partie dans cette course électorale. Allusion faite au faible pourcentage de représentation des femmes sur toutes les listes des candidats. Moins de 20% dans toutes les circonscriptions concernées par les prochaines élections du 23 Décembre.

Pour Etienne Kambale, Président de la Fondation Points de Vue des Jeunes Africains pour le Développement, les femmes doivent se doter d’une logique de compétition électorale au même niveau que les hommes que d’attendre les nominations aux postes parfois non méritées attribuées sans effort aucun. Et de renforcer que le dicton en vogue dans les organisations non gouvernementales « les candidatures féminines sont à encourager » ne colle pas avec la politique ; un monde où on ne se fait pas des cadeaux.

Participants

Intervenant dans la foulée, Rosalie Zawadi présidente sectionnaire de l’UNPC Nord-Kivu ; « l’inégalité homme-femme est remarquable dans tous les secteurs de la vie nationale y compris la presse. Pour elle, les femmes opérant dans les médias n’incarnent pas des rôles prépondérants au sein des services dans les organes de presse malgré leur compétence. Elle estime que dans le domaine des élections la femme se heurte toujours au défi financier qui réduit ses chances dans la course »

Et d’ajouter : « Pendant cette période électorale, c’est des parcelles, fermes si pas des plantations ou collines qui seront vendues où hypothéqués pour battre campagne mais qui est cette femme Nord-Kivutienne qui possède une colline où une plantation ?».

Yolande Bukasa, militante de l’Union pour la Démocratie et le Progrès Social (UDPS) parti de Félix Tshisekedi estime que la cause c’est l’égoïsme de l’homme qui empêche la femme de jouir pleinement de ses droits politiques.

Toutefois, Yolande insiste sur la méritocratie. « La femme doit valoir la confiance de l’homme par sa compétence et non par raison d’équité. Je ne suis pas d’accord avec ces femmes qui plaident pour la parité en politique mais je suis de ceux-là qui pensent que la femme doit mériter »

Par contre Olivier Mukisya, analyste indépendant   opte pour la politique Rwandaise en la matière qui favorise par une loi la participation des femmes à la vie politique les femmes au gouvernement et de l’Assemblée nationale par un quota de 62 pourcentages de représentation.

« Nous devons être comme nos voisins d’en face qui prône la promotion féminine pour le développement du pays. Moi je recommande à l’État congolais d’opter pour la cooptation des femmes à l’Assemblée provinciale et nationale ainsi qu’au sénat pour qu’elles soient au même niveau que l’homme », insiste-il.

Notons que ce café de presse s’était clôturé par les recommandations des participants. Nombreux ont souhaité voir les journalistes donner la parole aux femmes candidates dans leurs tranches d’émissions. Question de leur donner l’occasion de vendre leurs idées auprès des électeurs.

Valéry Mukosasenge

Redaction
By Redaction novembre 27, 2018 07:05
Write a comment

No Comments

No Comments Yet!

Let me tell You a sad story ! There are no comments yet, but You can be first one to comment this article.

Write a comment
View comments

Write a comment

Your e-mail address will not be published.
Required fields are marked*

extrait du point de presse de Partick Mundeke.Recolte de fond de caution pour Moise Katumbi

Suivez le groupe de presse RD congolais sur Twitter

PUBLICITÉ SUR LA RÉPUBLIQUE

Abonnez-vous à ce site d'infos par e-mail.

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à ce site congolais d'information et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.

Rejoignez 2 255 autres abonnés