Après avoir fait le tour des réseaux sociaux il y a un mois, sur fond de menaces en provenance de la DGM (Direction Générale de Migration) contre ses présumés auteurs et soulevé un tollé de protestations du côté des personnalités citées, l’affaire de la liste des « étrangers » candidats aux mandats électifs revient à la surface. Selon une correspondance datée du 15 août 2018 et portant sa signature, le ministre de la Justice, Alexis Thambwe, informe le Procureur Général près la Cour de Cassation que « les services compétents ont fait parvenir à la Commission Electorale Nationale Indépendante, pour dispositions utiles, la liste des personnes détenant une nationalité étrangère. Il est fort possible que cette liste ne soit pas exhaustive et que certaines personnes, détenant la nationalité étrangère, parviennent à faire valider leur candidature et même à se faire élire…»
Après avoir rappelé, dans son introduction, que le Président de la République a respecté scrupuleusement la Constitution en renonçant à un 3me mandat, le ministre de la Justice attire l’attention du PGR de la Cour de Cassation sur le fait que « les services compétents continuent des investigations qui pourront révéler d’autres cas relatifs aux candidatures des personnes étrangères »Et le patron de la Justice congolais de chuter par une menace à peine voilée : « Il va de soi que la personne concernée, même élue, sera déchue de son mandat et poursuivie judiciairement ».
Les observateurs sont troublés et se demandent si la fameuse liste en circulation en son temps dans les réseaux sociaux ne serait pas la bonne, en attendant la liste additionnelle. Si tel est le cas, la pluie des démentis ayant accueilli un document qualifié de « faux » cacherait une anguille sous roche.

Kimp Lephare

English English French French Swahili Swahili