English English French French Swahili Swahili

Butembo : Massacre de Kikyo, un député provincial plaide pour la création d’un tribunal spécial en Rdc

14 Avril 2020, 14 Avril 1998, cela fait exactement 22 ans que la population de la ville de Butembo fut massacré par des rebelles. Une vingtaine d’années après, certains députés provinciaux au Nord-Kivu continuent à plaider pour que Justice soit faite à l’endroit des survivantes.

C’est le cas de Me Mbusa Nzanzu Yotama, juriste de son état et élu de Butembo qui suggère l’ouverture d’un tribunal spécial pour la République démocratique du Congo afin de mettre les auteurs de ces actes qu’il qualifie de génocidaire à la disposition de la justice.

« Nous plaidons pour l’ouverture d’un tribunal spécial pour la République démocratique du Congo qui doit être créé sur le sol congolais et qui réglera les faits susceptibles d’être déférés devant la cour pénale internationale (cpi). Nous avons besoin de voir les auteurs de ces massacres répondre de leurs actes devant la justice », suggère-t-il.

Me Mbusa Nzanzu Yotama se dit motiver par le fait que « la Cour pénal international ne peut traiter les violations commises avant sa date de création », y compris celles de Kikyo, perpétrées en 1998.

« Des personnes ont été enterrées vivantes, les violences de tout genre ont été commises et ça créé des séquelles dans le chef des survivantes sans assistance. Les auteurs de près ou de loin sont encore et bien connus. Ils courent toujours dans la nature et certains occupent même des postes au sein de l’administration. La Justice congolaise ne doit pas fermer les yeux face à ces crimes », a martelé Me Mbenze Nzanzu Yotama.

A ce jour de mémorial, il appelle la population de Butembo à unir leurs voix avec celles des activistes des droits humains pour que justice soit faite et d’élaguer toute forme des massacres à l’instar de ceux qui se passent à Beni.

Bienfait Chishibanji