English English French French Swahili Swahili

Butembo : Deux militants de la LUCHA recouvrent leur liberté après quatre jours de détention

Deux militants du mouvement citoyen lutte pour le changement LUCHA ont été libérés l’après midi de ce mardi 23 novembre en ville de Butembo. Selon notre source, la décision de leur libération a été prise après leur jugement par la justice militaire.

Jean-Pierre Kasma, l’un des militants de la LUCHA, indique que les conditions de vie qu’ont endurées ces deux militants dans ce cachot sont inhumaines. Selon lui, les prisons et cachots de la ville devraient être réhabilités, vu que l’un de ces deux militants a contracté la fièvre au cachot.

« Les autorités politico-administratives de la ville de Butembo devraient chaque fois songer à la réhabilitation de nos prisons et cachots. Nos amis sont déjà libres mais on craint qu’ils soient victimes de plus de maladies. Il y a notre ami Matthieu qui avait été fracturé et Joël a contracté une fièvre. Nous continuons à les soigner, les conditions qu’ils ont traversé en prison sont inhumaines vraiment», “ a indiqué Jans-Pierre Kasma, militant de la LUCHA.

Après leur libération, la LUCHA dit être déterminée quant à la poursuite de ses actions sur différentes artères de la ville dans le cadre de la réglementation de la circulation routière, si rien n’est fait par la police de circulation routière PCR/Butembo, pour préserver la population des accidents routiers.

« Nous sommes en train d’inviter les autorités locales à plus de responsabilités, surtout celles qui sont chargées de la circulation routière. Ils ont la charge de réglementer la circulation routière au centre ville. Il ya tant de rapports qui sont publiés chaque jour et qui révèlent des accidents graves sont en train d’être enregistrés. Si la police de circulation routière ne prend pas ses responsabilités, la LUCHA va continuer avec l’action, » a-t-il indiqué.

C’est depuis la soirée du vendredi 19 novembre que les deux militants du mouvement citoyen lutte pour le changement LUCHA, dont Mathieu Ivogha et Kasereka Joël, avaient été arrêtés sur la rue ex-président république, lorsqu’ils revenaient d’une action de régularisation de la circulation routière.

Selon la LUCHA, cette action, rentrait dans le cadre d’interpeller la police de circulation routière PCR, à prendre conscience, pour que les cas d’accident soit limités sur différentes artères de la ville.

Mirembe W.