Les massacres de Beni : Les forces vives  durcissent le mouvement de deuil.

Redaction
By Redaction septembre 24, 2018 20:42



Les coordinations territoriale et urbaine de la société civile de Beni viennent de durcir leur mouvement de  grève en mémoire des victimes du récent massacre en particulier,et protester contre l’insécurité volatile dans la région de Beni.Ces journées de deuil iront du lundi au vendredi 28 septembre 2018 en attendant les actions qui seront prises par les autorités locales, nationales et internationales.

C’était au cours d’une réunion extraordinaire qui a mis autour d’une même table les différentes composantes des Forces vives ce lundi 24 septembre 2018.

Partant de l’analyse du contexte sécuritaire de 2010 jusqu’à ces jours, caractérisé par des kidnappings, massacres à la hache et à la machette, des biens,maisons et véhicules incendiés;cette situation loin d’être maîtrisée par les Forces armées de la République Démocratique du Congo et de la Monusco où l’ennemi gagne le terrain en toute quiétude sous un silence coupable et honteux des autorités tant locales,nationales qu’ internationales.Eu égard à tout ce qui  précède,la population de Beni-ville et territoire voudrait se prendre en charge en décidant ce qui suit:

1.En mémoire de toutes les personnes tuées, décrète cinq journées de deuil en ville et territoire de Beni à dater de ce lundi 24 septembre 2018,et pendant ce temps toutes les activités restent paralysées sans aucune exception.

2.Exigeons la cessation de toutes les activités liées à la riposte contre Ebola jusqu’au retour effectif de la paix,car autant mieux vivre et mourir par Ebola que d’être exterminés par les massacres.

3.Décrétons la cessation des cours dans routes les écoles tant privées que publiques pour ne pas exposer nos enfants aux risques d’enlèvement et massacre.

4.Exigeons la suspension des activités des organismes nationaux et internationaux sur le terrain insécurisé”a déclaré Kizito Bin Hangi, président de la société civile de Beni.

Cette structure citoyenne exige également l’arrivée des ministres de la défense et de l’intérieur;du Chef d’Etat-Major pour s’enquérir de la situation sécuritaire qui prévaut dans la zone.

En titre de rappel, les activités socioéconomiques ont,en marge de la première journée de deuil lundi 24 septembre 2018,été paralysées dans la ville de Beni.

Écoles, boutiques,magasins,banques et autres petits commerces n’ont pas ouvert leurs portes. Le secteur de transport a aussi été touché par cette action initiée par la société civile de Beni.

Fabrice  Ngima

Redaction
By Redaction septembre 24, 2018 20:42
Write a comment

No Comments

No Comments Yet!

Let me tell You a sad story ! There are no comments yet, but You can be first one to comment this article.

Write a comment
View comments

Write a comment

Your e-mail address will not be published.
Required fields are marked*

extrait du point de presse de Partick Mundeke.Recolte de fond de caution pour Moise Katumbi

Suivez le groupe de presse RD congolais sur Twitter

PUBLICITÉ SUR LA RÉPUBLIQUE

Abonnez-vous à ce site d'infos par e-mail.

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à ce site congolais d'information et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.

Rejoignez 2 079 autres abonnés