English English French French Swahili Swahili

Le Parlementaire Muhindo Nzangi propose au ministre de la défense une nouvelle approche de Combat à Beni.

L’élu de Goma Muhindo Nzangi Butondo vient de saisir ce lundi 24 septembre 2018  le vice premier ministre et ministre de la défense nationale et anciens combattants  pour lui proposer une nouvelle approche de Combat à Beni après plusieurs années de massacres et enlèvements dans cette partie de la province du Nord-Kivu.

 

Le député Nzangi propose comme première option une  attaque conjointe entre l’armée ougandaise (UPDF) et les forces armées congolaises (FARDC) pour mettre un terme au phénomène ADF dans le grand Nord de la province et cela dans un délais imparti.

 

En deuxième option le député national le recyclage des miliciens Mai-Mai pour combattre les ADF aux côtés des FARDC  car plusieurs milices locales ont comme ennemi commun la rébellion ougandaise ADF. Ainsi donc la réouverture du centre d’instruction  de Nyaleke pour recevoir ces combattants et les initier aux techniques de guerre est une nécessité qui s’impose.

 

Ainsi ce député regrette qu’au temps actuel il ne peut entreprendre une initiative du genre motion de défiance , interpellation ou toute autre forme de contrôle contre le ministre car au vu des attitudes du bureau de la chambre basse du parlement dans son format actuel,pareil sujet ne sera  jamais inscrit au calendrier de la session en cours .Minaku et ses pairs n’ont toujours pas convoqué de plénière pour des questions de sécurité nationale pour mettre à l’abri le membre du gouvernement chargé de la défense du reste défaillant.Toutefois il dit être à la disposition du ministre si l’une des propositions attire son attention.

 

Notons que dans cette correspondance, il décrit les méthodes utilisées par les FARDC et la force de la Monusco pour endiguer les tueries à Beni  les qualifiant de (vieilles) et rappelle au ministre que lors d’une plénière à huis clos il avait dénoncé cette tactique empirique de combat et le ministre avait  promis une amélioration mais hélas rien n’a été fait en dépit des morts enregistrés.

 

Valéry Mukosasenge