English English French French Swahili Swahili

Rutshuru : 6 morts et plusieurs blessés dans une attaque des présumés Maϊ maϊ Mazembe contre les FARDC à Kyasenda (Nord-Kivu)

Photo d’illustration

Six personnes tuées dont quatre civils, deux militaires et douze autres blessées, bilan des échauffourées qui opposent depuis ce Mercredi 7 Août 2019 dans la matinée, les militaires des forces loyalistes (Fardc) aux présumés Maϊ mayϊ Mazembe dans la contrée de Kyasenda à quatre kilomètres de Kibirizi, dans la chefferie de Bwito, territoire de Rutshuru en plein parc national des Virunga.

Selon l’organisation des droits de l’homme CODHAS (Centre d’observation de Droits de l’homme et d’assistance sociale), les présumés miliciens de Mazembe s’affrontent depuis deux jours aux Fardc, voulaient récupérer ce mercredi matin leur ancienne position de Kyasenda. C’est ainsi qu’ils se sont pris aux civils en causant des dégâts humains dont 4 morts et plusieurs blessées.

Cette organisation parle d’un bilan provisoire et ajoute que parmi les personnes tuées figurent un officier militaire des Fardc au grade de capitaine.

Au même moment de l’attaque, ces inciviques ont attaqué un véhicule qui quittait Kibirizi pour Kanyabayonga voulant rejoindre le convoi à Rwindi.

La société civile du territoire de Rutshuru qui confirme cette nouvelle, déplore ces tueries enregistrées ce mercredi dans cette zone.

‹‹ Nous sommes choqués par la mort de nos compatriotes qui ont été tués dans une attaque des Mayimayi Mazembe où quatre civils ont perdu la vie, deux militaires tués et quatorze personnes blessées. Il est inadmissible que des paisibles citoyens soient tués dans une zone où les FARDC sont en pleine opération depuis des années sans pouvoir assurer la sécurité à la population civile ››, déplore Jean-Claude Bambanze, président de la société civile du territoire de Rutshuru.

Signalons que le territoire de Rutshuru, est une zone opérationnelle Sukola 2 où l’armée loyaliste traque depuis environs 4 ans, les groupes armés locaux et étrangers qui sèment la terreur dans cette partie de la province du Nord-Kivu.

BARAK MUNYAMPFURA Héritie