Heal Africa : l'hôpital qui répare les femmes, les hommes et les enfants
ISESOD: L'Institut Supérieur d'Environnement Solidaire et de Développement
English English French French Swahili Swahili

RDC : L’ensemble pour le changement de Moïse Katumbi, divisé par ses députés

Certains élus nationaux de l’Ensemble pour le changement, plate-forme électorale chapeautée par Moise Katumbi, refusent de quitter l’union sacrée. Ces derniers se sont opposés à la décision de leur hiérarchie. Ils disent ne pas reconnaître de leur plateforme politique le pouvoir, de leur dicter la voie à suivre.

Composés essentiellement des élus du Nord-Kivu, ils ont refusé de se désolidariser de l’union sacrée. Ils pensent que cette démarche salutaire leur permettra de faire pression au président Félix Tshisekedi, sur la situation sécuritaire calamiteuse, surtout à l’Est du pays. Certains d’entre eux se sont exprimés ce lundi 18 janvier 2021, dans une interview accordée à larepublique.net.

Parmi ces députés figure l’élu de Beni Mathe Mathieu. Pour lui, l’option de rester dans l’union sacrée pour accompagner le Président de la République à mettre fin à l’insécurité dans sa circonscription électorale, reste la voie de sortie pour la paix à l’Est. Il est convaincu qu’il n’a trahi personne même s’il a pris une position contraire à sa plateforme politique. Mathe Mathieu assure que sa position actuelle n’est à aucune manière motivée par la recherche des postes politiques. 

Même son des cloches du côté de Lusenge Bonne année, député national, élu du territoire de Lubero qui annonce se maintenir dans l’union sacrée. Dans un point de presse tenu le week-end dernier, il a indiqué que les députés du Nord-Kivu ont une responsabilité particulière dans la fondation de l’union sacrée. Il dit avoir été mandaté par la population de cette province pour soutenir cette initiative du Chef de l’Etat.

Rappelons que la plateforme Ensemble pour le changement de Moïse Katumbi a claqué la porte de l’union sacrée le week-end dernier. Cette structure politique a taxé au Chef de l’Etat, le refus de répondre à leur cahier des charges.

Robert Tsongo depuis Kinshasa