L’Association africaine de défense des droits de l’homme (Asadho) a dénoncé mardi à Kinshasa l’exploitation  par la Radio Télévision Nationale Congolaise(RTNC) de journalistes « sans contrepartie conséquente »

C’est dans un communiqué de presse que Cette association accuse le directeur général de la RTNC, Ernest Kabila Ilunga d’être responsable d’une exploitation en douceur qui se cache derrière une série des stages interminables.
Selon l’Asadho, la RTNC utilise les services de journalistes en leur proposant des stages pratiques répétitifs. Ceux-ci peuvent être non rémunérés, puisqu’il s’agit de former un débutant, mais ne peuvent durer plus de 2 ou 3 mois et « sont non renouvelables sans contrepartie conséquente », faute de quoi la RTNC serait en position de  violation de la Constitution et des lois de la République .

Or, sur base de documents en sa possession, l’Asadho affirme que ces « stages » ont été renouvelés « plusieurs fois » pour « plus de 300 journalistes, sur une période allant d’un à dix ans ». Cela a permis à la télévision nationale de profiter gratuitement des services (journal, émissions, documentaires, reportages…) réalisés par ces Congolaises et Congolais qui passent la moitié de leurs vies à espérer la signature d’un contrat de service.

Pire encore, après avoir abusé et profité de ses victimes, Monsieur Ernest Kabila Ilunga   les a mises à la porte sans aucune compensation. Une pratique que l’Asadho rapporte récurrente au sein de la RTNC .

L’Asadho demande au président Félix Tshisekedi d’intervenir en faveur de ces journalistes en suspendant Ernest Kabila Ilunga et au ministre des Médias de réengager les journalistes jetés comme du papier usagé ou de les dédommager pour leurs années de service gratuit.

Au Nord-Kivu et dans plusieurs grandes villes du pays des dizaines des journalistes “collaborateurs”à la RTNC se sont vus interdits de continuer de prester en attendant la régularisation de leurs situation après plusieurs années de service non rémunéré.Ces journalistes n’ont même pas droit de venir saluer leurs collègues matricules au bureau de la station provinciale de Goma nous renseigne l’un des journalistes collaborateurs remerciés.

Thierry Kayandi

English English French French Swahili Swahili