Heal Africa : l'hôpital qui répare les femmes, les hommes et les enfants
ISESOD: L'Institut Supérieur d'Environnement Solidaire et de Développement
English English French French Swahili Swahili

Rdc : Human Right Watch appelle au respect des droits essentiels dans la lutte contre le Covid-19

La République démocratique du Congo devrait en priorité assurer un soutien aux communautés défavorisées, aux personnes déplacées et aux autres personnes les plus à risque dans sa réponse à la pandémie de COVID-19. Selon l’Organisation Human Right Watch, ceci devrait se traduire en assurant de la nourriture et eau potable aux habitants les plus vulnérables et contenir les forces de sécurité.

« Le gouvernement devrait se préparer à faire face à des perturbations en termes de sécurité alimentaire et d’accès aux soins médicaux, et s’assurer que le personnel sanitaire soit protégé. Les autorités devraient aussi instruire les forces de sécurité de faire appliquer la loi tout en respectant les droits fondamentaux », a fait Human Right Watch dans un communiqué Vendredi 3 Avril 2020.

« Face à l’ampleur de la crise du COVID-19, le gouvernement congolais devrait prendre non seulement en compte la santé de chaque habitant du pays mais également l’ensemble de ses droits. Mais aussi mettre au point, avec ses partenaires locaux et internationaux, des stratégies d’assistance aux populations les plus vulnérables et faire en sorte que les professionnels de santé puissent faire leur travail de manière sûre. » a déclaré Lewis Mudge, directeur pour l’Afrique centrale à Human Rights Watch.

Le Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) a mis en place des mesures préventives dans les camps de personnes déplacées à l’intérieur des frontières et de réfugiés. Ces mesures devraient être étendues d’urgence à tous les sites. Plus de cinq millions de personnes déplacées vivent dans des conditions déplorables à travers le pays et ont déjà besoin d’une assistance vitale, notamment de nourriture, d’eau et de soins médicaux. Le COVID-19 pourrait exposer les déplacés internes et les réfugiés à un risque accru de mortalité si le virus pénétrait les camps.

Barak MUNYAMPFURA Héritier