Heal Africa : l'hôpital qui répare les femmes, les hommes et les enfants
ISESOD: L'Institut Supérieur d'Environnement Solidaire et de Développement
English English French French Swahili Swahili

RDC : Certains acteurs politiques de l’opposition dénoncent le silence du gouvernement congolais face à des menaces de mort proférées contre le Dr. Denis Mukwege

Des acteurs politiques de l’opposition dénoncent le silence du gouvernement congolais face à des menaces de mort proférées contre docteur Denis Mukwege. Dans des messages de soutien à ce médecin congolais, ces politiciens appellent le gouvernement congolais d’assurer la protection de ce digne fils de la RDC. Des diplomates occidentaux viennent de s’impliquer dans la condamnation des menaces contre Denis Mukwege.

LEXUS LEGAL, l’un des hauts cadres du parti politique ECIDE dénonce le silence des officiels congolais face à ces menaces contre le Prix Nobel de la paix. Pour lui, Docteur Mukwege mérite un soutien inconditionnel de la part de tous les congolais. De son côté, le député national Claudel LUBAYA appelle le Gouvernement congolais à prendre toutes les mesures nécessaires pour garantir la sécurité et l’intégrité physique de ce compatriote. Il invite en outre le Gouvernement à sortir de son silence qui inquiète. Ce député de l’opposition demande au gouvernement d’élever la condamnation nationale et de mettre en garde les auteurs desdites menaces. Claudel LUBAYA rappelle que la protection des citoyens est un devoir constitutionnel de l’Etat.

Des diplomates occidentaux se sont mêlés dans ce dossier. C’est le cas de Mike Hammer, ambassadeur des Etats-Unis en RDC. Sur sa page tweet, celui-ci se dit préoccupé par les menaces inacceptables contre Denis Mukwege. Un autre diplomate est l’ambassadeur du Canada en RDC, Nicolas Simard. Sur tweet toujours, Nicolas Simard juge inacceptable que des menaces de mort puissent être proférées contre le Prix Nobel de la Paix alors que la violence s’aggrave dans l’est de la RDC.

Pour rappel le docteur congolais Denis Mukwege dit être menacé par des officiels d’un pays voisin à travers des correspondances. Ces officiels s’opposent à son plaidoyer en faveur de la paix dans l’est du pays et à sa demande de la création d’un tribunal international pour la RDC.

Robert Tsongo depuis Kinshasa