English English French French Swahili Swahili

Près de deux ans après son inauguration, le Barrage de Matembe n’amortit pas encore la pression sur le PNVi.

Malgré l’électrification de Rutshuru et kiwanja, la population continue à couper le bois dans le parc des Virunga pour usage de braise et bois de chauffe regrette la société civile locale.

Dans une interview accordée à LAREPUBLIQUE.NET ce 10 novembre à Goma, Ngaruye Muhozi Emmanuel, président des consommateurs de ce courant et membre la société civile dans le territoire de Rutshuru dénonce la cherté de ce courant qui n’empêche pas les habitants de s’approvisionner dans l’aire protégée.Il explique que la plus faible tarification est de 400 fc 1 kilowater, équivalent à 80 mille franc le mois et cela sans user les réchauds. Pour cuire les aliments cette population se veut économiser son énergie électrique ce qui la pousse à recourir au bois de chauffe et de la braise. A ce point leur source s’avère les arbres du parc national des virunga ajoute -t–il.
La société civile pense que l’Institut Congolais pour la Conservation de la Nature devrait revisiter son contrat avec Virunga sarl qui avait gagné le marché de distribution de ce courant et qui le fait par cash power au tarif qui ne tient pas compte du niveau de vie des riverains.
Olivier Mukisya chargé de communication à l’ICCN fustige une intoxication :Pour lui, il y a un groupe des personne qui fait une contre campagne de ce courant. Il encourage la population a l’utiliser et abandonner de plus en plus la braise et le bois de chauffe qui contribuent à la destruction du PNVi, un patrimoine mondiale de humanité.

Pour rappel, cette centrale hydroélectrique de 13,8 MW située à 70 km au Nord-Est de Goma au Nord-Kivu avait été inaugurée par le président de la RDC , joseph KABILA le 16 décembre 2015.
Les travaux ont été financés par la fondation américaine Howard Buffet à hauteur de 20 millions de dollars américains .
Fiston Muhindo