English English French French Swahili Swahili

Nord-Kivu : Pas de Juge Président au tribunal de paix de Lubero alerte un député national

Le bâtiment du Tribunal de paix de Lubero

Le Tribunal de paix de Lubero n’a pas « de Juge Président », depuis plus de 14 jours. Le député national Alexandre Kambale Muhasa qui alerte cette situation note « un dysfonctionnement », observé à la suite d’une décision du Conseil Supérieur de la Magistrature du 6 Août 2020, affectant son ancien président dans une autre juridiction d’instance.

Dans une lettre qu’il a adressé le 17 Août dernier au Président du Conseil Supérieur de la Magistrature, l’élu national de Lubero pense qu’il est inconcevable de procéder à la mutation d’un juge sans envisager son remplaçant dans une instance judiciaire qui souffrait déjà d’un faible nombre des magistrats.

« Le territoire de Lubero avec sa superficie de 17 605 Km2 pour une population estimée à 1 825 000 habitants n’a qu’un seul magistrat au tribunal et un autre au parquet. Pour le moment, pas de Président à cette juridiction car celui qui y était, vient d’être affecté ailleurs comme Juge d’instance. Cette insuffisance des magistrats est à la base d’une lenteur dans le traitement des dossiers judiciaires », écrit le député dans sa lettre.

Le député national Alexandre Kambale Muhasa

Il demande ainsi au Président du Conseil Supérieur de la Magistrature de nommer un autre juge Président ou soit de surseoir la mesure d’affectation de l’ancien et de renforcer le nombre des magistrats au tribunal de paix de Lubero et au parquet.

« Le seul magistrat qui reste au tribunal de paix de Lubero ne peut pas siéger en matière pénale. Alors qu’il y a beaucoup de dossiers en souffrance quand il y en avait plus d’un juge. Nous craignons que la population puisse recourir aux méthodes illicites pour obtenir satisfaction à leurs problèmes mais la suppression tacite du tribunal de paix de Lubero et du parquet y attaché », s’inquiète le député.

Pour rappel, le tribunal de paix de Lubero a été installé le 24 Septembre 2013. L’objectif était de rapprocher les justiciables de la justice ; lutter contre l’impunité et enfin, renforcer l’autorité de l’Etat dans cette zone qui a connue diverses conflits.

Asaph LITIMIRE