La communauté infirmière par l’entremise de l’Union des Infirmiers et infirmières du Congo (UNIIC) se sent insécurisé dans l’exercice de son travail et en appelle à l’implication des autorités politico-administratives.

Cette affirmation est du secrétaire exécutif du syndicat des infirmiers du Nord-Kivu ce vendredi 12 Avril 2019.


Révolte  par un assassinat qu’il juge de trop ce syndicaliste pense qu’il est temp d’alerter les decideurs.La mort par balle  d’un médecin du nom de Philippe,tué a Murambi dans son champ de Kakonde dans le Rutshuru le mercredi 10 avril dernier devant sa femme et ses travailleuses pendants qu’ils étaient en train de sarcler un champ de maïs est effectivement la goutte qui déverse le vase.

“Ce cas s’ajoute sur plusieurs autres que nous ne rapportons pas souvent.A part l’assassinat de mon confrère Philippe, le tout dernier cas parmi tant d’autres est celui du médecin kidnappé puis égorgé le mois dernier à Butembo en plein service.”

Se trouvant être en contact direct avec les malades, les infirmiers du Nord-Kivu se sentent exposés et au même moments obligés de remplir leurs devoir malgré l’inassurence de leur sécurité que les autorités semblent ignorer nous dit le sécréteur exécutif de l’UNIIC.


Thierry Kayandi