Heal Africa : l'hôpital qui répare les femmes, les hommes et les enfants
ISESOD: L'Institut Supérieur d'Environnement Solidaire et de Développement
English English French French Swahili Swahili

Nord-Kivu : L’Ong Codhas dresse un tableau sombre de la situation de droit de l’homme dans le territoire de Rutshuru

Le Centre d’observation des droits de l’homme et d’assistance sociale (Codhas) se dit préoccuper par la situation de droit de l’homme dans le territoire de Rutshuru (Nord-Kivu). Elle a fait savoir en marge de la commémoration de la journée internationale de droit de l’homme, Mardi 10 Décembre dernier.

Cette organisation de Défense des droits Humains note des violations très graves commises soit par les groupes armés, soit par les forces de défense et de sécurité.

« Nous avons enregistré 208 cas de kidnapping, 75 cas d’assassinats ou de tueries, 33 affrontements, 35 cas de violences sexuelles, des nombreux blessés en seulement 5 mois soit de juillet en novembre 2019 dans le territoire de Rutshuru. Ces violations et abus sont orchestrés par soit des éléments des forces loyalistes soit ceux des groupes armés. Les victimes sont abandonnées à leur triste sort. Aucune réparation des préjudices causés », a révélé Me Ephraim Sebihuri, chargé de Monitoring et plaidoyer au sein du Codhas.

Face à ce tableau sombre de droit de l’homme dans le territoire de Rutshuru, le Codhas plaide pour la création d’un tribunal pénal spécial dans la région.

« Que ça soit au niveau national comme international, un tribunal pénal spécial doit être créé pour se saisir de tous ces cas de violations de droits humains qui se commettent dans la région afin de décourager d’autres qui continuent à faire l’incivisme aux populations », a ajouté Me Ephraim Sebihuri.

Ces cas documentés par l’Ong Codhas sont au côté de plusieurs d’autres qui s’enregistrent au jour le jour dans le territoire de Rutshuru. A la veille de la célébration de la journée de droit de l’homme, un présumé militaire Fardc a tué par balle un mtocycliste à Katwiguru, une vingtaine de kilomètres sur la route Kiwanja-Ishasha dans le Groupement de Binza. La victime se serait opposé à la tracasserie de ce militaire qui exigait une somme d’argent à chaque passant sur cette route, ont indiqué nos sources sur place.

Justin BIN SERUH