Heal Africa : l'hôpital qui répare les femmes, les hommes et les enfants
ISESOD: L'Institut Supérieur d'Environnement Solidaire et de Développement
English English French French Swahili Swahili

Nord-Kivu : Les transporteurs des produits vivriers de l’axe Lubero-Butembo levent leur grève dès ce lundi 19 Octobre (Communiqué)

Photo tiers


Les transporteurs des produits vivriers de Butembo-Lubero réunis au sein de leur coopérative (Coodeprovi) lèvent leur mouvement de grève dès ce lundi 19 Octobre prochain. Ils ont pris cette décision à l’issue de la réunion organisée par l’administrateur du territoire de Lubero.

Ces transporteurs dénonçaient la surtaxation dont ils sont victimes de la part de certains services de l’Etat.

« Nous avons déposé à l’administrateur de territoire nos revendications. C’est entre autre, de supprimer les taxes perçues d’une manière illicite par certains services de l’Etat. Un véhicule paye au moins 150 dollars américains pour quitter Kipese vers Butembo, moins de 100km, mais on paye tout cet argent. Et d’ailleurs, certaines taxes ne sont même pas reconnues et on ne livre aucun document », dénoncent-ils.

Ils demandent ainsi l’implication de l’autorité territoriale dans la suppression des taxes illicites, c’est notamment « la taxe exorbitante que nous payons auprès de la police de circulation routière (Pcr), élevée à 36 000 francs congolais par tournée, la taxe que nous payons chez l’Anr [Agence nationale de Renseignement : ndlr], 5 dollars par véhicule et plusieurs autres qui sont à sa compétence ».

Il demande au Gouverneur de province du Nord-Kivu de réglementer la taxation des produits agricoles.

« Nous avons adressé notre lettre au Gouverneur de province pour qu’il puisse nous aider à énumérer les taxes dont les transporteurs des produits vivriers doivent payer quand ils font le ravitaillement dès les champs vers le site de ravitaillement. Nous avons compris qu’il y a trop de taxes et que nous devons appeler le bon sens de l’autorité territoriale pour la réglementation. C’est par exemple la Dgrnk [Direction Générale de recettes du Nord-Kivu : ndlr] qui fait payer beaucoup d’argent. C’est vrai c’est une taxe reprise dans la nomenclature mais qui ne cadre pas avec la réalité de vie. Il y’a aussi la double taxation des attributaires affectés pour la réhabilitation des routes. Nous pensons que l’administrateur du territoire et le Gouverneur de province vont nous aider à trouver une solution durable », martèle Katembo Kasay Matsatsa, président de la Coodeprovi.

Ainsi, le président de la Coodeprovi appelle tous les transporteurs à reprendre leurs activités dès ce lundi 19 octobre. Il donne cependant deux semaines aux autorités pour qu’elles trouvent des réponses à leurs recommandations.

Asaph LITIMIRE