English English French French Swahili Swahili

L’ICCN est devenu entrepreneur que conservateur dans la gestion du courant de Matebe(COES/PNVI).

C’est la coalition des organisations environnementalistes pour la sauvegarde du parc national des Virunga qui a fustigé la gestion opaque du courant électrique de Matebe dans le territoire de Rutshuru dans une déclaration rendu publique ce jeudi 26 octobre avec copie adressée à LAREPUBLIQUE.NET.

“Après une lutte contre l’exploitation du pétrole dans le bloc V du rift Albertin qui comprenait aussi 70% du PNVI, notre structure qui compte 32 organisations ne pouvait pas croiser les bras sur la gestion des financement liés à la conservation de la nature, ainsi donc, après une observation minutieuse sur la gestion des fonds liés à la conservation de la nature, nous sommes inquiet de voir que le gestionnaire du PNVI est devenu entrepreneur que Conservateur”affirme Jacques Sinzaera,un des membres de cette coalition que votre média en ligne a joint au téléphone.

 

Et de poursuivre dans leur correspondance leurs inquiétudes la tarification exorbitante de cette énergie électrique qui viole même la nomenclature nationale sur la consommation du courant électrique dans notre pays, c’est ainsi que nous demandons à Emmanuel Demeurode, gestionnaire du PNVI de revoir sa tarification et de l’adapter non pas sur les objectifs fixés pour la conservation de la nature, mais sur la nomenclature encours régissant la consommation du électrique. Je rappelle que sur l’échelle mondiale ce courant est connu comme celui de la protection de l’écosystème.
Il se réserve aussi le droit de lui demander sur le 30% de l’écotourisme, car aucun impact positif sur le terrain, la population riveraine doit recevoir les out put du parc d’une manière indirect.
”J’avais prévenu lors de la sortie de cette tarification on n m’avait pas compris voilà alors que le combat pour la survie du PNVI est encore longue. Ce courant est destiné pour la population à un prix favorable
Nous rappelons au gestionnaire du PNVI qu’il doit revoir sa facturation endéans 72 heures,sous peine de passer à l’étape de la pétition”.

Signalons que le projet de l’installation du central hydroélectrique de Matebe est un fruit d’un grand combat contre SOCO,une firme pétrolière occidentale qui avait reçu l’aval des autorités congolaises pour exploration dans cette partie de la province.

Ce courant est destiné à la population riveraine du PNVI en vue de contribuer à la lutte contre le braconnage (chasse au bois des chauffe dans le PNVI) pour lutter contre le réchauffement planétaire et tant d’autres objectifs liés sur la conservation de la nature.

Valéry Mukosasenge