English English French French Swahili Swahili

Kinshasa : Le RCD /KML demande aux nouvelles autorités provinciales du Nord-Kivu de se rendre à Beni pour évaluer la situation sécuritaire et envisager des mesures fortes

Le parti politique RCD /KML demande aux nouvelles autorités provinciales du Nord-Kivu de se rendre à Beni pour évaluer la situation sécuritaire et envisager des mesures fortes devant ramener la sécurité dans un bref délai.

Cette recommandation est contenue dans un communiqué de presse signé ce samedi 29 mai  à Kinshasa par le Secrétaire Général de ce parti. 

Pour le RCD /KML, c’est de cette façon que l’on pourrait concrétiser l’état de siège dont la proclamation par le chef de l’Etat a été saluée par plusieurs personnes.

Dans ce document, Kiro TSONGO Grégoire,  Secrétaire Général de ce parti cher à Antipas Mbusa Nyamwisi déplore  le meurtre de plus de 50 personnes au cours de la semaine écoulée dans le secteur de Rwenzori de suite de l’activisme de la rébellion ADF. Parmi ces personnes au moins 40 ont péri dans les villages de Muthotholi, Kilingwa, Libokora, Mighende et Kinyatsi. 3 autres personnes ont été incendiées dans un véhicule transportant des marchandises agricoles à Kilya sur l’axe Beni-Kasindi. 

Face à cette situation, le Secrétaire Général du RCD /KML demande aux nouvelles autorités provinciales du Nord-Kivu de se rendre à Beni pour évaluer la situation sécuritaire et envisager des mesures fortes devant ramener la sécurité dans un bref délai. Le parti politique de Mbusa Nyamwisi  exhorte aussi le gouvernement central de mettre des moyens  logistiques  conséquents à la disposition des forces de sécurité déployées à Beni.

Signalons que ce communiqué du RCD /KML contraste avec le rapport du ministre de la défense au cours du conseil des ministres de ce 28 mai. Pour le patron de la défense, l’intensité  de l’activisme des ADF a considérablement diminué vis-à-vis des cibles militaires.

A en croire ce ministre, cette diminution est due à la pression militaire exercée sur ces terroristes par les forces armées de la RDC visant à démanteler leurs réseaux de financement, de recrutement et de renseignement. Pour illustrer sa conviction, le ministre a indiqué que les FARDC ont réussi à tuer deux ADF et capturé 22 autres.

Robert TSONGO, correspondance depuis Kinshasa.