English English French French Swahili Swahili

Goma : L’ONG Solidarité pour la promotion sociale et la paix (SOPROP) lance le projet de soutien aux victimes des violences sexuelles et crimes contre l’humanité

Ce mardi 01 septembre 2020, L’ONG Solidarité pour la promotion sociale et la paix (SOPROP) a démarré officiellement son projet de soutien aux victimes des violences sexuelles et des crimes contre l’humanité. Un projet de 5 ans avec comme objectif de redonner espoir à plus de 300 hommes et femmes, victimes des conflits armés et des violences sexuelles en ville de Goma et ses environs.

Espoir Lukoho coordonnateur de l’ONG SOPROP explique que ” Toutes ces victimes seront assistées avec plusieurs activités comme l’assistance médicale, l’assistance psychologique mais aussi un accompagnement socio-économique qui sera caractérisé par des mini projets (Activité génératrice des revenus) en faveur des bénéficiaires. Les bénéficiaires de l’accompagnement socio-économique seront cependant soumis à un critérium.
Le viol comme arme de guerre

En République Démocratique du Congo (RDC), le viol fait partie de la réalité quotidienne des femmes vivant dans la province du Nord Kivu, où règne la violence depuis plusieurs années. La violence sexuelle s’inscrit dans un contexte général de violence entretenue par les nombreux groupes armés présents dans cette région. Cette violence se décline sous plusieurs formes : viols, mais aussi pillages, banditisme, affrontements armés pour le contrôle des villages ou des axes routiers. Dans cet environnement, où les groupes armés taxent en permanence la population, les femmes sont tout particulièrement exposées. Plus des trois quarts de celles que nous avons prises en charge ont été violées par des combattants armés inconnus.

Le viol est utilisé comme arme pour terroriser la population, et le nombre de cas augmente à chaque recrudescence d’attaques et de combats. Dans ces régions de l’Est de la RDC, si le viol s’inscrit comme une forme de violence parmi d’autres, il est également perçu comme une “rétribution supplémentaire” à part entière par les groupes armés” selon https://www.msf.fr/actualites/l-arme-du-viol-au-nord-kivu.

Marasi Bénédicte Zoé