English English French French Swahili Swahili

Goma : Le relâchement des gestes barrières, accentue le risque de propagation du Coronavirus (Nord-Kivu)

Face à la deuxième vague de la pandémie de Covid19 en République démocratique du Congo, les autorités ont avancé un certain nombre des mesures.

Ces mesures barrières instaurées par le gouvernement central pour limiter la propagation du Corona virus connaissent un relâchement dans plusieurs secteurs vitaux. Le port des marques a tendance de devenir facultatif en ville de Goma. Constant fait ce 15 janvier 2021, par larepublique.net.

Si aujourd’hui le port des masques devient facultatif pour la population d’une part, c’est la responsabilité des autorités compétentes au niveau provincial, pensent certains habitants de la ville de Goma.

« Au début de la première vague de la Covid-19, nous avions tous connus l’opération 5000fc au cas où on se retrouvait à un endroit public sans masque mais actuellement ceux qui sont sensés servir d’exemple à la population ont abandonné cette pratique qui paraît être préventive. Au paravant il y avait des dispositifs de lavage des mains et un personnel pour prélèvement de température dans plusieurs coins de la ville notamment dans les marchés et maisons de commerce. Mais actuellement il y en a plus. Même si on peut en trouver ce n’est plus obligatoire puisqu’il y a plus de rigueur et suivi » Dit un agent de la riposte sous anonymat.

Pour certains habitants de Goma, cette seconde vague est utopique puisqu’on en parle moins que la première. Les agents de l’ordre ne sont plus rigoureux…ça ne vaut pas la peine de se coincer derrière les masques.

« La Covid-19 n’a plus son ampleur initiale. Au début de l’état d’urgence ,on ne pouvait pas s’hasardé de sortir en public sans masques parceque au-moins la c’était sérieux mais actuellement ça ne vaut plus la peine de porter le masque. la vie est redevenue normale comme dans la période Avant Covid-19. Nous portons les masques seulement si nous nous rendons dans certaines structures sanitaires, dans des bureaux où cette mesure est encore obligatoire » a dit un habitant de Goma.

« Ce relâchement part en premier lieu du comportement de la plupart des autorités de la ville car la plusieurs d’entre elles ne se retrouvent pas dans les fonds alloués à la riposte » a dit un agent de l’état sous Anonymat.

Signalons que le chef de l’État Félix-Antoine Tshisekedi Tshilombo avait décidé à partir du 18 décembre 2020, de passer à la vitesse supérieure en prenant une série de mesures drastiques pour lutter contre la deuxième vague de Covid19 en RDC.

Marasi Bénédicte Zoé

Il s’agit de l’instauration de couvre-feu de 21 heures à 5 heures du matin; l’application stricte des gestes barrières notamment le port obligatoire et correct des masques, la distanciation physique, le lavage des mains et la prise de température; l’interdiction des marchés publics, des productions artistiques et des kermesses; l’interdiction des cérémonies festives et des réunions de plus de dix personnes; la poursuite des compétitions sportives à huis-clos; le transport des dépouilles mortelles directement au lieu d’inhumation sans aucune autre cérémonie; le fonctionnement des églises et des débits de boissons avant le couvre-feu, en respectant scrupuleusement les gestes barrières; le respect strict des gestes barrières dans tous les lieux publics et dans les transports publics et privés, à savoir les véhicules, les trains, les avions, les motos …; le report à une date ultérieure de reprise des cours au niveau de l’Enseignement supérieur et universitaire ; le début anticipé des vacances scolaires à partir de ce vendredi 18 décembre 2020; la poursuite de test obligatoire pour les voyageurs internes et ceux en provenance de l’étranger ainsi que ceux en partance pour l’étranger; la circulation pendant le couvre-feu des personnes munies de l’autorisation spéciale de l’autorité provinciale, à l’exception des personnes se trouvant dans la situation d’urgence sanitaire et le contrôle strict de l’application de la présente mesure par la Police nationale congolaise.