Ils étaient une trentaine à suivre une séance de formation sur:”La communication de risque et engagement communautaire” à Goma ce lundi 15 Avril 2019.

En cette période ou le Nord-Kivu fait face au virus Ebola, les organisateurs ont trouvé opportun de mettre à niveau la presse locale sur l’immensité du danger que représente la maladie à virus Ebola(MVE) et le rôle que les médias doivent jouer.

C’est ainsi que le chargé de renforcement des capacités de l’ONG ADRA a introduit son intervention par un rappel du bien fondé de cette formation.

“Pour bien communiquer sur la MVE, il faut que les journalistes comprennent tout d’abord c’est quoi la communication à risque en période d’urgence. C’est une communication bi-directionnelle qui est basée sur le dialogue entre le communicateur et la cible.”précise Jean-Paul Mwira.

De sa part la chargée de communication de l’Unicef ajoute que la communication à risque n’a aucune limite dans le temps.

“Nous parlons d’Ebola aujourd’hui mais sachez que le rôle des médias en situation d’urgence s’opère avant, pendant et après catastrophes et épidémies.Cette formation sera donc bénéfique aux journalistes durant toute leurs carrière.”

Dans le but d’améliorer la communication au sujet d’Ebola ,les recipiandeurs ont présenté certaines recommandations aux organisateurs qui sont entre autre : l’appuie technique et financier des médias qui couvrent la riposte, l’implication des leader locaux dans l’élaboration et la diffusion des messages et afin, l’élaboration d’un plan commun de diffusion des émissions thématiques sur Ebola.

Organisée par le partenariat des ONGs ADRA et UNICEF cette formation a été facilitée par les consortiums des médias communautaires : CORACON et REMED.


Thierry Kayandi