English English French French Swahili Swahili

Etat de siège: Ce que Patrick Muyaya et l’UNPC/Nord-Kivu se sont dit

L’Union nationale de la presse du Congo UNPC/section Nord-Kivu a été reçu par le ministre national de la presse et porte-parole du gouvernement des Warriors.

Quatre membres du comité de l’UNPC, plus un journaliste membre de cette corporation ont été reçus par le Ministre National des Médias, Patrick Muyaya accompagné du Général chargé des opérations des FARDC.  

Que retenir des échanges?

D’entrée des jeux,P.Muyaya reconnaît la situation particulière des journalistes travaillant sous l’état de siège et exige les médias de suivre certaines orientations parfois difficiles pourvu qu’ils puissent participer dans le processus du retour de la paix à l’Est de la RDCongo. 

Au nom des médias du Nord-Kivu, Madame Rosalie Zawadi, présidente de l’UNPC en province demande aux autorités militaires de réglementer  leur communication pendant l’état de siège. Pour elle, la presse plurielle, diversifiée est le plus grand outil de sensibilisation pour accompagner les autorités militaires dans cette situation exceptionnelle. Cependant, cette communication a toujours été techniquement soutenue comme les autres services sont financés pour bien accompagner l’autorité et arriver aux résultats escomptés. D’autre part, Madame Rosalie insiste  sur la sécurité des journalistes en ce moment sur le plan des normes. 

C’est pourquoi l’UNPC demande non seulement aux ministres, mais aussi au général de faire un plaidoyer aux autorités militaires afin qu’elles soient accessibles, lorsque les journalistes ont besoin d’elles. Ceci réduirait sensiblement la publication des rumeurs par des journalistes en manque d’une source fiable.La présidente de l’UNPC a afin proposer aux deux interlocuteurs l’instauration d’ un système de conférence de presse  hebdomadaire pour une publication officielle des actions des FARDC sur le terrain.Ce point de presse  devra être suivi par une récolte feedbacks de la population formulés sous forme des recommandations pour que l’État de siège connaisse un apport de la population.

Concernant les moyens pour appuyer les médias pendant l’Etat de siège, Muyaya pense qu’il faut que les médias puissent d’abord montrer aux autorités militaires leurs différents espaces médiatiques disponibles pour la sensibilisation des jeunes  afin qu’ils puissent quitter les groupes armés. Malheureusement,cela semble ne pas encore été fait. Au ministre de nuancer tout de même que ce qu 0i est important ,le général  concerné est là devant vous  et une  volonté pour disponibiliser ces espaces  est disponible. Pour fermer cette parenthèse  le ministre lâche cette phrase à  l’UNPC, «  Il faut nous aider à vous aider ». 

En appui aux propos du ministère,selon  le général EKENGE, l’autorité militaire est prête  à appuyer les médias mais il faut choisir les médias qui sont structurés et non ces journalistes des  réseaux sociaux.  Il propose alors à l’UNPC de réactualiser la liste des médias car le pool des correspondants existe déjà et collabore avec les autorités militaires, mais il faut ajouter les autres médias.  

Concernant la sécurité des journalistes dans l’exercice de leur travail,le général promet ceci: « tant que je serais  là, aucun journaliste ne sera  inquiété pour ses publications » à condition qu’ils respectent leurs principes déontologiques.

Pour finir le général appelle les médias du Nord-Kivu d’éviter d’être manipulé,faisant allusion aux médias de Beni-ville qui selon lui cèdent facilement aux manipulations des ennemis de la République.

Ces échanges se sont soldés par la proposible d’un angle plutôt positif qui selon P.Muyaya devrait être suffisamment exploité par les journalistes de Goma.Cet angle c’est le dynamisme socio-économique de la population de Goma qui est loin des histoires des guerres interminables qui se racontent sur la ville volcanique.

Thierry Kayandi