Groupe de presse La République

Groupe de presse la République

English English French French Swahili Swahili

ESU/Kinshasa: suspension de l’arrêté de nomination des comités de gestions la main noire des politiciens dénoncée

Au lendemain de la publication du communiqué du directeur de cabinet du Premier ministre annonçant la suspension de l’exécution de l’arrêté ministériel du ministre Muhindo Nzangi portant nomination des comités de gestions à quelques établissements de Kinshasa, Lubumbashi et Kolwezi, la communauté académique s’interroge, s’indigne et dénonce.

C’est le cas du professeur ordinaire Albert Kabasele pour qui « tous les jalons étaient tracés à lubumbashi avec les états généraux, toutes les parties prenantes se sont convenues d’amorcer certains changements à l’ESU. Le ministre a eu mandat pour cela » rappelle t-il sur les ondes de la radio Top Congo Fm avant de préciser que le ministre Muhindo Nzangi, avait commencé par « suspendre les facultés de médecine non viables tout le monde était d’accord y compris le parlement, il a par la suite lancé le LMD puis fermé les établissements non viables et amorcer le processus de changement des comités de gestion en province personne n’a parlé des conflits quand c’est Kinshasa on crie au conflit. » Pour le prof Kabasele le désordre décrié par d’aucuns « ne vient ni du Premier ministre moins encore du ministre mais des politiciens qui veulent faire de l’université leurs bases arrières », la solution pour ce scientifique de renom est de « laisser les mains libres au ministre Nzangi, car il a le courage de réformer l’université congolaise ».

Pour plusieurs observateurs, la position du professeur Kabasele est d’une lucidité absolue d’autant plus que « personne n’avait crié au scandale quand les nominations de nouveaux animateurs d’établissement d’enseignements de l’ESU étaient opérées en province ».
Quand c’est Kinshasa où les intérêts personnels sont clairement exprimés par les politiciens un lève des boucliers se fait sentir. Cet épisode rappel malheureusement un fait réalisé dans un passé récent, en 2017, dans les mêmes circonstances,alors que le ministre de l’ESU, Steve Mbikay venait de nommer Armand Kabange Kitenge comme DG a l’ISC, le Premier Ministre Bruno Tshibala avait dans les mêmes suspendue la décision du ministre. Et le lendemain, le comité sortant fut réhabilité. La question que d’aucuns se pose est de savoir que gagne t-on à vouloir à tout prix maintenir le Prof Mbangala à la tête de l’ISC Gombe.

A en croire certaines sources proches de l’ISC Gombe, Directeur général de l’ISC Gombe bénéficierait d’un soutien de taille compter parmi les hommes forts de l’union sacrée avec qui il entretient des relations privilégiées ce qui fait de lui un intouchable.

la Rédaction