Heal Africa : l'hôpital qui répare les femmes, les hommes et les enfants
ISESOD: L'Institut Supérieur d'Environnement Solidaire et de Développement
English English French French Swahili Swahili

Covid-19 : 174 cas enregistrés dans 72 heures, doit-on craindre le pire ?

Depuis le début du mois de mai 2020, la situation épidémiologique en République démocratique du Congo a pris un rythme accéléré. En seulement trois jours, le pays a enregistré 174 cas positifs de coronavirus ce qui a soulevé la barre à plus de 670 dont 33 décès et 75 personnes guéries.

Le 1er avril dernier, le Dr Jean-Jacques MUYEMBE, directeur de l’institut national de recherche biomédicale (INRB) et coordonnateur du secrétariat technique de la riposte du coronavirus, avait dit sur l’antenne de la radio Top Congo de Kinshasa qu’au mois de mai le virus augmentera d’une façon exponentielle et que le nombre des cas grimpera.

« Le virus est déjà là et il circule de façon intense à Kinshasa, le nombre de cas va augmenter même de façon exponentielle, peut-être pour atteindre le pic au mois de Mai », avait prévenu.

La population entière est appelée à respecter le mot d’ordre présidentiel ainsi que les gestes barrières, les écoles et les églises restent fermées sur l’ensemble du territoire jusqu’à nouvel ordre.

Contrairement aux trois derniers jours, le nombre de cas positif a diminué ce Dimanche 3 Mai dernier. 8 nouveaux cas ont été confirmés, dont 4 à Lubumbashi dans le Haut-atanga, 3 à Kinshasa et 1 à GOMA au Nord-Kivu. 5 guéris et 1 décès, ont été signalés.

Actuellement, 7 provinces sur le 26 de la rdc sont touchées :

Kinshasa : 652 cas
Haut-Katanga : 10 cas
Kongo-central : 6 cas
Nord-Kivu Kivu : 7 cas (dont 5 guéris)
Sud-Kiivu : 4cas (tous guéris)
Ituri : 2cas
Kwilu :1 Cas

Le cumul de cas à ce jour est de 682 cas confirmés, 34 décès et 80 patients guéris (INRB).

Certes, le pire et à craindre d’où il faut une mobilisation collective de la population dans l’application de gestes barrières ainsi que l’observance des mesures d’hygiènes édictées par les professionnels de santé. Le gouvernement devra aussi adopté un plan pour contenir la pandémie avant que le pique n’atteigne 1 000 cas.

Nicole Lufungi