English English French French Swahili Swahili

Beni: SAMA Lukonde à Oicha, voici l’intégralité du cahier des charges des forces vives.

Ce cahier des charges signé par le Président de la société civile territoire de Beni Omar Kalisya a été adressé au Premier ministre ce lundi 23 août à Oicha. C’est à l’occasion de l’arrivée de SAMA Lukonde dans cette entité. La rédaction de larepublique.net qui en a reçu une copie vous propose ici son intégralité.

Les forces vives de la Coordination Territoriale de BENI, se sentent réconfortées par votre visite Monsieur le Premier Ministre et Chef du Gouvernement congolais ici à OICHA chef-lieu du Territoire de BENI ; Une première depuis que le gouvernement actuel est au pouvoir, ce dont nous vous en remercions très cordialement. Pour nous Excellence votre arrivée est un signe qui affranchit le Territoire de BENI, longtemps victime de la confusion que le nom « BENI » crée faisant penser que BENI, veut dire la ville de BENI où la plus part, d’autorités politique, civile, militaire, voir mêmes certains de vos partenaires qui arrivent de KINSHASA ou de GOMA  s’arrêtent  à BENI VILLE  pourtant  envoyé dans des missions destinées pour le Territoire de BENI  qui pourtant est l’épicentre du phénomène terroriste ADF /MTN.

En effet, Excellence Monsieur le Premier Ministre et Chef du Gouvernement c’est depuis  2010 que le Territoire de BENI a commencé son calvaire avec le phénomène de Kidnapping des personnes, nous nous souvenons ici  du Médecin Directeur de l’Hôpital Général de Référence d’OICHA, le Docteur MUKONGOMA, les    trois prêtres de la paroisse catholique NOTRE DAME DES PAUVRES de MBAU pour ne citer que ceux-là , cette situation s’empire en 2014 quand l’ADF/MTN  a décidé de commencer à s’en prendre aux populations les tuant atrocement à l’aide de la manchette, hache ou fusil. Une situation qui évolue hélas ! jusqu’à nos jours.          A l’arrivée    de l’actuel Chef de l’Etat et Président de la République, Félix TSHISEKEDI une lueur d’espoir a gagné la population qui commençait à espérer la fin du phénomène ADF qui jusque-là était circonscrit entre la collectivité – secteur de Beni – Mbau et une partie de la collectivité chefferie de WATALINGA. Curieusement les terroristes ont étendu leur rayon d’action en collectivité secteur de RUWENZORI au Sud – Ouest, Nord – Ouest des groupements BATANGI – MBAU et BAMBUBA – KISIKI jusqu’au-delà du groupement BANANDE – KAINAMA, comme si cela ne suffisait pas, ces sanguinaires ont aussi embrasé la collectivité chefferie de WALESE – VONKUTU, BANYARI – TSABI dans le Territoire d’IRUMU. Voir MAKUMO et villages environnants dans le Territoire de Mambasa. Excellence, Monsieur le Premier Ministre, cette situation désastreuse n’est pas sans conséquence. Outre la mort atroce des civils et même de nos militaires qui tombent sur le champ de bataille, citons l’incendie des structures sanitaires, des véhicules et marchandises, le kidnapping des civils, les attaques des écoles dont le cas le plus récent est la tuerie des enseignants et enlèvement des écoliers et élèves le 1er Juin 2021 à MAYI – MOYA, un village situé à plus ou moins 12 Km au Nord d’Oicha. A cela s’ajoute, un drame humanitaire comme jamais auparavant avec plusieurs familles déplacées sans moyen de survie, des orphelins de massacre délaissés avec comme conséquence immédiate la délinquance juvénile exposée aux diverses manipulations au risque de se faire recruter par les groupes armés dont l’ADF.

Excellence Monsieur le Chef du Gouvernement, à l’annonce de la mesure décrétant l’état de siège dans les provinces du Nord – Kivu et de l’Ituri, la population a accueilli la décision avec espoir de voir la paix revenir chez nous : cependant, force est de constater que cette mesure spéciale connait quelques soucis dont :

L’absence des opérations simultanées sur l’ensemble de la zone sous menace de l’ennemi ;

Le faible moyen (humain, financier, matériel) alloué aux opérations militaires et aux animateurs de l’état de siège, ce qui ne permet pas d’atteindre le résultat escompté selon la volonté du Chef de l’Etat dont le programme est vôtre ;

Détournement des moyens envoyés par l’Etat par certains officiers (Cfr enquête menée par l’Inspectorat Général des FARDC à BENI) ;

Mauvaise communication de l’armée sur les opérations avec extrapolation de bilan ce qui gêne la perception du public ; 

Ainsi, Excellence Monsieur le Premier Ministre et Chef du Gouvernement, la société civile Coordination Territoriale de Beni formule les recommandations suivantes :

Au Gouvernement de la République : 

D’allouer les moyens aux FARDC et aux animateurs de l’Etat de siège de mener de manière qu’elles soient à mesure de mener les opérations sur toutes les lignes de front ;

D’assurer le suivi permanent des moyens affectés en vue d’un bon rendement ;

De doter la coordination de la société civile et les médias opérationnels de la zone d’un moyen pour sensibiliser la population sur l’état de siège et ses impacts ;

De prendre en charge les questions humanitaires notamment le problème des déplacés, de la santé, l’éducation, l’encadrement de la jeunesse etc. 

Au demeurant Excellence Monsieur le Premier Ministre et Chef du Gouvernement, la société civile de Beni Territoire reste disposée à accompagner toutes les initiatives de l’Etat Congolais visant à ramener la paix dans cette partie de la collectivité Nationale accablée par les atrocités des groupes armés dont le plus redoutable reste l’ADF/MTN.

Notons que le Premier ministre congolais arrive dans cette zone quelques mois après le passage du Président de la République.

Rédaction.