English English French French Swahili Swahili

RDC :Les proffessionnels de medias soumettent 18 propositions au chef de l’etat



Deux jours ont suffi pour les professionnels des médias pour élaborer un cahier des charges où ont été gravées 18 propositions visant le renforcement des médias opérant en RDC. Ce cahier de charges dont la primeur est réservé au Président de la République Félix-Antoine Tshisekedi Tshilombo, porte sur 18 propositions identifiées par les participants.

L’objectif est de solliciter la mise en place d’un système plus favorable au développement des médias en RDC. Une série de pistes de solutions ont été répértoriées pour permettre à la presse congolaise de sortir du gouffre où elle se trouve, afin qu’elle participe activement à l’œuvre de la reconstruction du nouveau Congo. Ce sont là les propos du Secrétaire général de “Journaliste en danger” (JED) lors de l’atelier d’experts-médias sur ” Rôle et responsabilité de la presse pour un nouveau Congo : comment rendre effectif le 4ème pouvoir de la presse ” ? Cette rencontre de deux jours (21 au 22 février) était organisée par JED et l’UNPC en collaboration avec UCOFEM, les radios communautaires et quelques journalistes de Kinshasa. UNE REPONSE AU MESSAGE DE FATSHI Tout est parti du discours du nouveau Chef de l’Etat prononcé le jour de son investiture le 24 janvier dernier. Le Président de la République s’est engagé à promouvoir la presse et les médias pour en faire un véritable quatrième pouvoir. “C’est ainsi que les organisations professionnelles des médias ont saisi la balle au bond pour tenter de donner une suite à cet appel du premier citoyen de la RDC”, a expliqué Tshivis Tshivuadi. Ces deux jours de travaux ont permis notamment aux journalistes de mieux connaître ce que signifie le quatrième pouvoir, les pesanteurs qui empêchent les médias congolais à jouer son rôle de 4ème pouvoir ou de contre pouvoir dans la démocratie, a-t-il indiqué. “Cela va de l’impunité dont jouissent les prédateurs de la liberté de la presse, à l’accès difficile aux sources d’information ainsi qu’au caractère pénal des délits de presse. Mais aussi, de réfléchir, analyser et faire un diagnostic profond de ce corps malade qu’est la presse congolaise”, a fait savoir le patron de JED. Pour sa part, le président national de l’UNPC a remercié les participants pour leur assiduité pendant les travaux. Kasonga Tshilunde qui est flatté par les propos tenus par le nouveau Chef de l’Etat invite ainsi la presse à accompagner les nouvelles autorités du pays. Pour y arriver, les organisateurs ont associé deux éminents orateurs à cette réflexion. Il s’agit du Professeur Jean-Chrétien Ekambo et du ministre honoraire Didier Mumengi.

Mathy MUSAU