English English French French Swahili Swahili

RDC : La mission prophétique de l’Église catholique fait-elle mal au pouvoir en place ?

Cette question résonne sur nos oreilles de nouveau après le débat de ce mardi 20 juillet suscité par l’homélie du Cardinal Fridolin Ambongo lors des obsèques officielles de l’ancien archevêque de Kinshasa Laurent Monsengwo.

Après son homélie dans laquelle il a interpellé les dirigeants du pays sur la gestion de l’État, les réseaux sociaux se sont enflammés. Les partisans du Président Tshisekedi visiblement vexés par les propos du Cardinal de Kinshasa se sont lancés dans une série de critiques acerbes contre ce prélat.

Certains accusent l’archevêque de Kinshasa de transformer les obsèques de son prédécesseur en une matinée politique.  Pour eux, les propos du cardinal Fridolin Ambongo sont une insulte à la mémoire de l’illustre disparu. Certains vont jusqu’à penser que le cardinal de Kinshasa aurait des problèmes particuliers avec le Président Félix Tshisekedi étant donné que les propos tenus dans son homélie étaient désobligeants à l’égard du Chef de l’État.

Des messages allant dans ce sens se sont multipliés au point que certains se sont mis à insulter le pasteur de l’église catholique de Kinshasa. Un acte que d’autres internautes ont dénoncé avec force appelant le camp Félix Tshisekedi à l’apaisement. Certains rappellent au pouvoir en place qu’il applaudissait les homélies critiques de l’église alors qu’ils qétait dans l’opposition.

D’aucuns se souviennent de la célèbre phrase du cardinal Laurent Monsengwo :”Que les médiocrité dégagent” qui avait fait long feu dans l’opinion vers 2018. Cette phrase avait aussi suscité des critiques de la part des caciques du Front Commun pour le Congo ( FCC) qui étaient au pouvoir à l’époque.

Ce qui est vrai, le message de l’église catholique de la RDC reste constant depuis la deuxième République. L’ancien Président Mobutu avait été plusieurs fois à couteau tiré avec cette église. Il en est de même pour Joseph Kabila. Le pouvoir en place entretient déjà des relations difficiles avec les prélats catholiques depuis son avènement. L’église avait contesté les résultats de la dernière élection présidentielle qui avait porté Félix Tshisekedi à la tête de RDC.

Robert TSONGO depuis Kinshasa.