English English French French Swahili Swahili

RDC:Lutte contre la déforestation, un défi pour les habitants de la ville de Goma

La consommation des ressources naturelles est plus grande vu le taux élevé des habitants de la ville de Goma, ce qui n’est pas bien. C’est une observation de Augustin Ndimubanzi, chercheur scientifique en matière de l’environnement exprimée lors de la conférence internationale tenue à Paris, capitale française le 6 octobre 2021.

Le chercheur Augustin Ndimubanzi lors de son exposé à Paris

En 2020 la RDC a perdu presque 500 000 hectares des forêts primaires , faisant de ce pays le deuxième le plus touché par la déforestation après le Brésil. Cette révélation à été faite lors de cette conférence internationale, qui a été articulée autour de la plénière et tables rondes et a porté sur cinq enjeux cruciaux parmi lesquels nous citons: la préservation de la forêt équatoriale Africaine et sa biodiversité , la lutte contre le réchauffement climatique et le rôle central de la population .

Le représentant de la ville de Goma à ces assises trouve que la plupart des populations de cette partie de la RDC vivent des ressources naturelles.Augustin Ndimubanzi, appelle la communauté à mettre en place des forêts artificielles pour lutter contre la déforestation.

«La ville de Goma est construite avec des ressources naturelles, nous avons au-moins 60% des maisons construites en bois provenant d’une partie dans le parc national de Virunga et les satellites nous prouvent que ce parc est menacé. Pour éviter cela, la ville doit être sensibilisée pour mettre en place des forêts artificielles comme au niveau du mont Goma et au niveau du lac Vert.» A t- il ajouté

Selon les révélations de ses recherches du mois d’août à septembre 2021 au-moins 300 motos transportant chacune 6 sacs de braise en moyenne qui donne un total de 1800 sacs, c’est qui implique une estimation de 5,4 tonnes de charbons chaque jour.

Plus de 27 mille hectares sont exploités chaque année par la communauté au Nord-Kivu dans l’agriculture, les mines , bois d’énergie, bois d’œuvre…. poursuit ces recherches.

Ainsi Augustin Ndimubanzi recommande au gouvernement provincial de faire de son mieux pour exploiter les sources énergétiques comme le gaz méthane du lac Kivu pour sauvegarder la forêt, source d’oxygène.

Notons que la ville de Goma compte 1 400 000 habitants dont 60% exploitent les ressources naturelles par la fabrication de braise et la construction de maisons en planches.

Rappelons que ce forum international  était organisé en prélude de COP 26 qui aura lieu le 01 novembre de cette année à Glasgow en Écosse.

Parmi les événements parallèles figure un dialogue sur la stratégie « de la ferme à la table ». Celui-ci a pour but de réunir des représentants de diverses communautés agricoles, villes, États et régions, et d’offrir un espace pour un dialogue constructif sur l’alimentation et le changement climatique, améliorer la compréhension mutuelle des ambitions et circonstances de chacun, et créer de nouveaux liens et partenariats. Des efforts sont également déployés pour obtenir une déclaration de haut niveau sur la nécessité d’instaurer des politiques alimentaires intégrées pour faire face à l’urgence climatique.

Huguette Mpipo