Heal Africa : l'hôpital qui répare les femmes, les hommes et les enfants
ISESOD: L'Institut Supérieur d'Environnement Solidaire et de Développement
English English French French Swahili Swahili

Nord- Kivu :Les services publics doivent jouer correctement leur rôle pour maximiser et gérer les recettes après la 6è conférence de gouverneurs (Etienne Kambale)


Cet acteur et rapporteur de la société civile du Nord Kivu salue la tenue de la 6eme session de la conférence des gouverneurs dans la ville de Goma. Mais, il souhaite que les services publics jouent correctement leur rôle dans la maximisation et gestion des recettes publiques pour atteindre des objectifs de développement. Pour lui, il n’est pas normal que des agents soient plus riches que l’Etat qui les emploie. Si les recettes sont bien gérées au profit des actions de développement, cela encouragera les populations à payer les impôts et taxes.
Etienne Kambale pense qu’il faut instaurer un système d’évaluation régulière des actions des gouverneurs quant aux fonds encaissés et décaissés. C’est par cette évaluation que l’État aura l’occasion de sanctionner positivement ou négativement son personnel.
En outre, la rétrocession de 40% doit être effective pour permettre aux provinces de mieux fonctionner.
Une conférence utile
Tenue sous le thème: “la mobilisation des recettes et la structure des dépenses provinciales”, la société civile reconnait que la province a encore beaucoup à faire à ce sujet du fait que le budget participatif n’est pas atteint. Elle a souhaité qu’au cours de ces deux jours, les gouverneurs de toutes les provinces de la RDC y compris le chef de l’État montent des stratégies sur la mobilisation des recettes avec un taux correspondant au pouvoir d’achat de la population. La société civile du Nord-Kivu pense que :” trop d’impôt tue l’impôt”. De nombreuses et exorbitantes taxes découragent les contribuables et favorisent la fraude.
Ne pas oublier la guerre de l’Est. Pour Etienne Kambale, cette conférence doit donner des solutions aux conflits armés et communautaires qui minent l’Est du pays.

Lyliane safi